Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les araignées de Breth Harken

Les araignées de Breth Harken

Ce post m’a été inspiré par Gavriel Howard Feist lorsqu’il a voulu (et je l’en remercie) participer à notre blog en parlant de ses araignées. Mais pour être encore plus précis, l’idée m’a été soufflée par mon ami Harken, alors que nous faisions le point sur la nouvelle fort bien tournée de Gavriel.

 

- Pourquoi n’évoquerais-tu pas à ton tour, ces petites bestioles velues ?

 

- Petite, petite, comme tu y vas. Le problème avec la fantasy, c’est que tout devient démesure. Le minuscule peut vite devenir gigantesque, et l’insignifiant, un redoutable danger !

 

- Allons Breth, tu sais bien ce que je veux dire… Toi aussi dans la « trilogie de l’Eugord », le volume 3 « la vengeance des dieux », si mes souvenirs sont bons, tes compagnons rencontrent eux aussi des arachnides…

 

Et voilà comment j’en suis arrivé à fouiller mon coffre pour retourner mes vieux manuscrits et vous retrouver quelques passages assez révélateurs de l’ambiance et du style qui est le mien, et que vous retrouverez bientôt dans la « trahison des alchimistes » (sortie prévue fin novembre).

 

Résumé très sommaire :

Pour vous y retrouver un tout petit peu dans les personnages, sachez que Zénassi est une amazone considérée comme étant la déesse Shae Drill par Boeuzbrifouille. Celui-ci est surnommé la Souris, et c’est un duergar (un nain des cavernes) en admiration devant elle. Timor et Ulwar sont deux gredins inséparables, Ulwar est un colosse noir, muet, et Timor est du genre à ôter la vie de ceux à qui l’on a soufflé le nom au creux de son oreille, moyennant espèces sonnantes et trébuchantes. Quant à Morac et Fenwick, ce sont des aventuriers, des amis également, attirés par la fortune et n’ayant aucun scrupule à débarrasser les possédants de leur or. Tous ces hommes se retrouvent embarqués de force dans une expédition périlleuse menée par Zénassi. Ils viennent d’escalader une crevasse gigantesque lorsque cette aventure leur arrive…

Les araignées de Breth Harken

Premier extrait

 

         « Zénassi pesta contre la fatigue qui engourdissait ses membres. Elle avait de plus en plus de mal à suivre la cadence que le duergar imposait. Sa respiration devint sifflante, et ses muscles douloureux tant ils étaient sollicités. Mais elle n'était pas au bout de ses surprises et  une nouvelle déconvenue l'attendait au sortir de la faille. Lorsque les parois s'écartèrent enfin, et alors qu'ils allaient de nouveau recouvrer une certaine liberté de mouvement, elle sentit sous ses doigts une fine couche poisseuse recouvrant la roche. Cela ne faisait aucun doute dans son esprit, il s'agissait d'une toile. Le danger, qu'elle ne connaissait que trop bien pour avoir déjà traversé ce type de galeries la veille, rôdait dans les parages, recroquevillé dans les interstices de la roche, et ce danger avait un nom… Araignée…

« - Noyuda, » fit Boeuzbrifouille, en l'accueillant sur un nouveau replat.

Il désigna un énorme arachnide au corps velu, suspendu dans sa toile, en plein milieu de la crevasse. Le nain avait ouvert le sac à dos et allumé une torche. Les araignées étaient insensibles à la lumière et aux sons, les vibrations, en revanche les alertait de toute intrusion.

Fenwick, Timor et Morac se tenaient à ses côtés et observaient l'horrible bestiole en se demandant que faire. Ils avaient tous trois déjà sorti leurs lames, et Zénassi fit de même.

« - On charge et on la découpe avant qu'elle ne se réveille, » proposa Timor.

La paire d'yeux de l'arachnide demeurait pour l'instant recouverte d'une peau noire finement velue, comme des cils, et elle semblait effectivement dormir.

« - C'est une veilleuse, expliqua Boeuzbrifouille. Si on fait vibrer sa toile, elle va se réveiller, et ensuite, elle alertera toutes les autres. »

« - Il n'y a pas d'autre passage ? » demanda Morac.

« - Non, opposa le duergar. Sortie Nolgador, par là ! » indiqua-t-il en désignant la toile sur laquelle l'araignée montait la garde.

Ulwar s'extirpa du passage au moment où il pointait l'arachnide du doigt. Son visage qui n'exprimait jusqu'alors que la souffrance et l'effort laissa apparaître un rictus de dégoût.

« - Tu vois mon vieux, quand je te dis que tu ne devrais pas abuser des travers de porc et des saucisses, j'avais raison. » lança Timor pour l'accueillir.

Le géant noir avait les épaules et le dos en sang, et son visage ruisselait de sueur. La plaisanterie de son ami n'eut aucun effet sur lui tant son attention fut accaparée par le corps velu et répugnant de l'araignée géante à quelques coudées en face d'eux, leur barrant visiblement le passage.

Boeuzbrifouille l'invita à prendre sa place. Il lui céda sa torche et sauta sur la paroi d'en face dès qu'il fut débarrassé de son flambeau. Les compagnons, surpris, l'observèrent en silence s'approcher de l'arachnide.

« - Mais enfin, que fait-il ? s'inquiéta Fenwick. Il ne compte tout de même pas affronter sa noyuda tout seul ! »

Le nain demeura suspendu sous une corniche le temps pour lui d'étudier sa trajectoire et son itinéraire.

 

(…)

 

La Souris les conduisit à l'abri dans le passage sans même attendre leur consentement. Il fixa des mousquetons entre les interstices des parois, et passait déjà les cordes pour les aider à grimper alors qu'ils refermaient seulement leurs sacs, résignés à suivre ce plan. Ils n'en avaient de toute façon pas d'autres à proposer.

Les compagnons suivirent le duergar sur le filin qu'il fixa entre les parois et qui n'était pas sans rappeler les fils qu'une araignée pouvait tisser.

L'amazone s'élança en dernier, toujours en proie à une inquiétante fatigue. Elle avait pensé se donner un peu de répit en partant en dernier, pensant qu'elle était simplement fatiguée, qu'elle avait besoin de récupérer, et que le temps jouerait en sa faveur. Mais c'était une erreur, l'épuisement la guettait, et elle devait désormais lutter pour ne pas se laisser tomber.

Elle ne s'expliquait pas cette excessive faiblesse qui l'engourdissait depuis de début de l'ascension, et qui était en train de prendre des proportions inquiétantes.

Boeuzbrifouille fut le premier à percevoir le tangage inquiétant de la corde.

« - Shae Drill en danger, dit il le regard inquiet. Shae Drill ne parvient plus à grimper. »

Les compagnons se penchèrent sur la faille qu'ils venaient de traverser et virent l'amazone, immobilisée sur le filin, comme tétanisée. Elle se trouvait  juste au surplomb de la toile d'araignée et de sa monstrueuse locataire.

« - Mais enfin, qu'est-ce qu'elle a ? » intervint Timor, derrière la duergar, en jetant un coup d'oeil en contrebas.

L'amazone était suspendue à une coudée à peine de l'arachnide géante. Si la créature s'éveillait maintenant, elle n'aurait qu'à se jeter sur elle pour l'attirer dans sa toile.

Timor écarta le nain et se laissa glisser sur la corde jusqu'à elle.

« Qu'est-ce qu'il vous arrive ? » demanda-t-il au moment de lui saisir le poignet.

Ce contact la ramena à la réalité. Elle était sur le point de s'évanouir. Elle se rappela alors que Kamille l'avait mise en garde dans le passé sur les contrecoups de la magie. Il était tout à fait possible qu'après avoir libéré une telle énergie la veille, elle en subissait les conséquences aujourd'hui.

Timor comprit qu'elle était sur le point de faire un malaise et lui passa une corde autour de son poignet. Si elle venait à tomber et réveiller l'arachnide, ils étaient tous condamnés.

« - Je ne sais pas ce que j'ai, souffla-t-elle. Je n'ai plus aucune force. »

Timor lança l'extrémité de sa corde à Ulwar un peu plus haut, qui avait compris ce qu'il voulait faire.

« - Essayez de vous maintenir en équilibre sur la corde, dit-il. On va vous tirer jusqu'à la galerie qui se trouve un peu plus haut. Vous y êtes presque. »

Elle regarda derrière la silhouette de l'assassin, allongé sur le cordage que la Souris avait tendu et vit Fenwick, Ulwar et Morac tenir la corde. Au prix d'un effort incroyable, elle lutta contre l'engourdissement qui la guettait et sentit la pression de la longe que Timor lui avait passé autour du poignet. On la tirait telle une ânesse refusant d'avancer. L'image la fit sourire, mais lui donna un peu d'énergie.

Elle faillit basculer deux fois dans le vide mais Timor, à chaque fois intervint in extremis pour la maintenir en équilibre.

« -Merci, » parvint elle articuler au moment où elle sentit la poigne vigoureuse d'Ulwar la saisir et la porter dans le tunnel.

Mais elle perdit connaissance aussitôt et ne vit pas Boeuzbrifouille retourner dans la faille.

« - Mais qu'est-ce qu'il fait ? » s'alarma Timor.

« - Noyuda, lui répondit le duergar en se laissant glisser le long du filin. Noyuda réveillée. »

Les compagnons se dissimulèrent dans l'ombre de la galerie et virent l'arachnide se déplacer doucement le long de la toile. Zénassi ayant perdu connaissance, ils se retrouvaient sans chef. Ils avaient espéré qu'elle userait à nouveau de la magie, ou qu'elle proposerait un plan pour venir à bout de la créature. Ils se sentaient démunis et impuissants alors que Boeuzbrifouille, tout sourire, se trouvait à moins d'une coudée de l'araignée. Il leur faisait confiance mais eux se demandaient comment ils allaient pouvoir lui venir en aide. Ils s'observèrent en silence, et virent l'arachnide se diriger vers sa petite proie, qui gesticulait déjà pour attirer son attention.

Le duergar voulait qu'elle quitte sa toile pour l'empêcher de vibrer et prévenir ses congénères. Le crissement de ses pattes sur la roche lui fit comprendre qu'il était parvenu à la faire quitter son poste de garde. Il se dirigea alors vers le replat qu'ils venaient d'abandonner et qui était le seul endroit sur lequel ses nouveaux amis pourraient intervenir.

Il vit l'araignée approcher, ses mandibules suinter de poison et émit une dernière prière pour que Shae Drill lui vienne en aide et le ramène à la vie.

La seconde suivante, l'araignée fondait sur lui et lui plantait ses terribles crocs dans l'épaule. La douleur fut fulgurante et il perdit aussitôt connaissance. » 

Je vous promets la suite très vite (puisqu’elle est déjà écrite)… Boeuzbrifouille va-t-il mourir ? Les compagnons vont-ils parvenir à se débarrasser de l’arachnide ? Mais c’est une « veilleuse », n’y en a-t-il pas d’autres embusquées dans quelques crevasses ?

Ces extraits sont tirés de mon livre « la vengeance des dieux » de Breth Harken, le tome 3 de la trilogie de l’Eugord. Le premier volume « la trahison des alchimistes » est en tirage actuellement, et sera disponible fin novembre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article