Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Breth et Harken mènent l'enquête

Breth et Harken mènent l'enquête

- Notre dernière recrue nous évite comme la peste, on dirait !

 

C’est comme ça que Harken a mis le sujet sur la table, au milieu de trois pintes vides, et un pichet de vin au trois quart entamé. Il n’a pas tort, le Luca, depuis sa remise en main propre de sa première chronique, on ne l’a pas beaucoup vu.

 

- Weenara m’a dit qu’il descendait parfois dans la salle commune, et qu’il passait des heures, dans un coin isolé en face d’un verre d’hydromel, à reluquer tout ce qui se passe. Si ça se trouve, c’est un espion.

 

La belle Weenara est la serveuse qui me fait tourner la tête. Elle m’aime bien mais se refuse obstinément à moi. En revanche, elle me rend de nombreux services, et elle a tout de suite accepté de me rencarder sur les moindres faits et gestes de notre nouveau compagnon.

 

- C’est pas une attitude normale, ça, crois moi ! Me répond Harken après avoir vidé son verre, le dixième au moins depuis le début de notre conversation.

 

- Quoi donc ?

 

- Ben quoi ? Y’a rien qui te semble bizarre dans l’attitude de ce jeunot ?

 

- Evidemment. C’est pas normal de rester seul pendant des heures dans un coin d’auberge !

 

- Tu te poses pas la bonne question ! La bonne question, ce serait, comment il fait pour tenir des heures avec un seul verre d’hydromel !

 

Je reconnais bien là mon ami lorsqu’il a un petit coup dans le nez. Je lui adresse un petit sourire qui s’élargit à la venue de Weenara.

 

- Breth, tu m’as dit de te prévenir si Luca quittait sa chambre. Il vient de partir par la porte de derrière.

 

Elle me sourit et je fonds littéralement. Je me saisis de sa main avant qu’elle ne la retire et lui glisse une petite améthyste en guise de pourboire. Ses yeux brillent de mille feux à la vue de la pierre précieuse. Oh elle est petite et n’est pas si précieuse, mais c’est le geste qui compte, l’attention. Harken m’adresse un regard réprobateur jusqu’à ce qu’elle regagne le comptoir.

 

- J’ai pas les yeux dans ma poche, Breth ! Cette améthyste, c’était la seule qui te restait. Ca veut donc dire que je vais devoir retourner à la rapine.

 

- Et alors ? T’as pas besoin de ça pour justifier tes actes !

 

- Alors viens pas me faire la morale sur les bourses que je vais faucher, mon manque de morale ou je ne sais quoi !

Breth et Harken mènent l'enquête

L’allusion à notre manque de morale me donne une idée. Et si nous profitions de l’absence de Luca pour visiter sa chambre.

 

- Suis-moi au lieu de geindre comme un pauvre enfançon abandonné !

 

- Tu me donnes des ordres maintenant ?

 

Harken est de nature susceptible, et sa sensibilité est exacerbée lorsqu’il a un petit coup dans le nez. J’espère seulement qu’il n’aura pas perdu ses talents de crocheteur au gré des verres descendus.

 

- Si monsieur Harken veut bien se donner la peine de me suivre, je vais te proposer une mission qui devrait tout à fait convenir à ta profession.

 

Il fronce les sourcils mais se lève. J’ai piqué sa curiosité.

Nous nous éclipsons discrètement à l’étage et nous pointons l’air de rien devant la chambre que nous louons à Luca. Au fond, ce n’est pas vraiment un méfait puisque c’est nous qui réglons sa note. Sa chambre n’est pas vraiment sienne, c’est plutôt la nôtre. Enfin, c’est ma façon de voir les choses pour me donner bonne conscience.

 

- Breth s’improvise voleur, raille Harken. Voyez-vous cela !

 

- Nous n’allons rien voler, juste inspecter les lieux.

 

Harken sort une longue tige dorée d’une poche intérieure de son pourpoint, et s’accroupit en face de la serrure pendant que je monte fébrilement la garde. Il y a longtemps que je n’ai pas été aussi nerveux. Il faut dire que nous nous apprêtons à crocheter une porte dans l’auberge qui nous tient lieu de résidence depuis des lustres. « La fesse heureuse », c’est notre « chez nous ». On y dort en paix, on y mange pas trop mal, la bière coule à flot, et les serveuses sont des plus avenantes. Il ne manquerait plus qu’on nous fiche dehors… Je n’aurais plus le plaisir de contempler Weenara et entretenir la flamme qui ne manquera pas de jaillir un jour de notre relation… aujourd’hui platonique, certes, mais elle ne résistera pas éternellement à mon charme… Heureusement qu’Harken ne peut lire dans mon esprit à cet instant, il se foutrait bien de ma poire… C’est lui qui me sort de mes rêveries en poussant la porte de Luca. Il bombe le torse, fier de son méfait.

 

- Comment tu disais déjà ? Si monsieur veut bien se donner la peine !

 

Il m’adresse une petite courbette pour me céder le passage, comme si j’étais un noble et lui un domestique. Mais son sourire arrogant sur sa face me rappelle combien ses services, régulièrement, me sont utiles.

Nous allumons une chandelle aussitôt la porte refermée et commençons à fouiller. A première vue, Luca est un jeune homme bien ordonné. Rien ne traîne. Aucun habit, aucune paire de bottes (mais en a-t-il seulement une de rechange ?), aucune bourse, aucune bouteille, aucun verre… Mais il y a un coffre, et Harken est déjà dessus à en inspecter le mécanisme. Il change de tige et sort un passe minuscule, une sorte d’épingle à l’extrémité souple et ronde. Il l’enfile dans la serrure du coffre pendant que je l’éclaire à la chandelle. Ainsi penché, j’ai des relents de vinasse qui me remontent dans le gosier et qui me rappellent combien je ne suis pas des plus lucides non plus. Le verrou saute en moins de trois secondes. Il est doué mon Harken, et il me le fait savoir en se tournant vers moi, l’air radieux et fier. Il n’a pas besoin de parler, les actes se suffisent à eux-mêmes.

Mais bientôt, je me détourne de sa face bouffie d’orgueil, attiré que je suis par le contenu du coffre. Il n’y a pas d’or, pas de pièces, mais à mes yeux, un trésor bien plus précieux… Des liasses de parchemin… Et lorsque je déroule les premiers rouleaux, c’est le choc… L’homme cachait bien son jeu…  (A SUIVRE)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Merci de tes encouragements Antares. Meilleurs voeux ;-)
Répondre
A
L’histoire est bien écrite, et on a envie de continuer à lire !! Vraiment super, je vais de ce pas lire la suite...
Répondre