Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La dynastie des elfes noirs (tome 5) de la série « Elfes » chez Soleil – Marc Hadrien et Ma Yi

La dynastie des elfes noirs (tome 5) de la série « Elfes » chez Soleil – Marc Hadrien et Ma Yi

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’une BD qui fait un tabac depuis quelques années, un incontournable de la fantasy… La série « elfes », et plus particulièrement le tome 5 de Marc Hadrien et Ma Yi, « la dynastie des elfes noirs »… Mais ce qui est drôle, c’est la façon dont j’ai présenté ma critique à mon cher ami Breth. Je vous demanderai de patienter un peu avant de connaître mon avis sur la BD car je ne résiste pas au plaisir de vous raconter dans un premier temps, la réaction de Breth lorsque je lui ai soumis mon travail de chroniqueur (bénévole, je tiens à le souligner !).

Je lui passe mon feuillet griffonné sous la porte et file aussitôt dans la rue, dans l’attente de sa réaction qui ne se fait pas attendre.

« Harken ! Harken ! Harkeeeeeen ! »

Ça s’est mon petit Breth qui m’appelle depuis le pas de porte de notre auberge que je viens juste de quitter. Je suis passé très rapidement devant sa chambre, juste pour le narguer, mais ai eu très largement le temps de m’éclipser de notre tanière vu qu’il me faut, par ma profession, toujours demeurer agile, souple et diligent, alors que mon cher Breth a une tendance gloutonne à la bonne chair et à la boisson (comme moi un peu aussi…) mais trop peu compensé par de l’exercice physique (pour lui, pas pour moi).

Dès lors, le temps qu’il se redresse de son lit (oui, il préfère lire allongé ; c’est bon, dit-il pour l’inspiration et le jugement critique, je le soupçonne plutôt de préférer cette position pour s’assoupir tout à son gré), qu’il se rechausse, accourt jusqu’à l’escalier principal (nos chambres sont à l’étage), le descende précipitamment tout en prenant soin de ne pas s’effondrer au bas des marches en en loupant une, tente d’ouvrir la porte d’entrée que j’ai pris soin de refermer à clé…qu’il remonte précipitamment l’escalier, qu’il se souvienne où il a rangé ces « foutues clés » (le rangement n’est pas l’une de ses qualités ; oui, il en a quand même d’autres)…enfin, je passe quelques étapes de cet enchainement d’événements malhabiles et précipités de mon ami qui me font rire intérieurement en les imaginant et ce, tout en cheminant avec un pas de sénateur dans la rue qui m’éloigne de chez nous…

Enfin, le voilà frustré et énervé, à ma poursuite, et toute la rue l’entend éructer de son bel organe :

« Harken ! Harken ! Harkeeeeeen ! »

Je ralentis mon pas et le voilà enfin à ma hauteur, tout essoufflé tentant vainement de me signifier quelque chose d’intelligible dans des hurlements entrecoupés d’ahanements…

Je lève le bras et l’interromps sans détours :

« Calme toi, respire lentement. Et surtout, me voilà bien déçu de te voir dans cet état physique abominable : crachotant, haletant, articulant quelques borborygmes inaudibles…Je te l’avais bien dit qu’il te fallait t’entretenir physiquement eu égard à ta déplorable hygiène de vie… »

Je sais que cette remarque ne va pas manquer de l’énerver passablement. C’est le cas. Le voilà emporté dans son tourbillon de fureur…très largement augmentée pas sa frustration.

Il me reproche en fait d’avoir écrit ma chronique sur le tome 5 de la série « Elfes », cette BD de la collection soleil chez Delcourt. Que personne ne va rien y comprendre à la lecture de la chronique, que c’est irrespectueux pour le public nombreux qui suit nos histoires, que je signe l’arrêt de mort du blog, que si j’en ai marre d’écrire les billets de notre gazette, je n’ai qu’à lui dire directement, que je n’ai pas rebouché le tube de dentifrice et qu’il en a marre de repasser derrière moi pour tout remettre en ordre (tiens, on ne s’attendait guère à voir le dentifrice dans cette affaire)… Bref, que je suis un irresponsable !

Je vais vous passer cette longue discussion entrecoupée de cris, de pleurs, d’embrassades (ça me fait penser à ce chef de guerre qui parlait de sueur, de sang et de larmes pour galvaniser ses troupes) ; oui, des embrassades car finalement tout est rentré dans l’ordre comme toujours entre nous…

La dynastie des elfes noirs (tome 5) de la série « Elfes » chez Soleil – Marc Hadrien et Ma Yi

Après cette longue digression, je vais quand même finir ma chronique en vous parlant quelque peu de la BD.

C’est une BD tirée d’une de ces nombreuses séries qui, comme celle de « 7 » d’où était tirée « 7 voleurs » présentée précédemment, ont pour objet de réunir des auteurs différents pour les différents tomes s’inscrivant dans une logique donnant une unité à la série, chacun devant respecter un cahier des charges bien défini, et notamment ayant pour contrainte de produire une histoire en un tome. Exemples : « 7 », « Jour J », « L’oracle », « L’homme de l’année », « Nains », et donc « Elfes ».

Ces séries présentent l’avantage d’avoir une unité, d’être alimentée régulièrement, de faire place à des imaginaires différents… Le risque étant cependant l’inégalité entre les tomes, tant pour le dessin que pour le scénario.

La série « Elfes » présente 5 peuples d’Elfes intégrés dans un même univers : les elfes bleus, les elfes sylvains, les elfes blancs, les semi-elfes et les elfes noirs. 1 espèce par tome. Depuis, la série a été déclinée en plusieurs cycles avec les 5 espèces pour chacun : 23 tomes sont sortis.

Je ne savais pas qu’il y avait autant d’espèces différentes d’elfes…ça m’a un peu surpris…Les elfes blancs et les elfes bleus, je ne connaissais pas. J’ai donc commencé ma lecture avec une espèce qui me parle un peu plus, les elfes noirs que l’on rencontre souvent dans la littérature de fantasy et notamment dans les mondes dérivés de Donjons & Dragons.

Moi qui pensais entrer directement dans le monde obscur des elfes noirs, j’ai dû en passer par les elfes bleus ! Car l’histoire commence sur un bateau d’elfes bleus : Gawer est un enfant, bleu, qui a vocation à devenir pêcheur comme son père jusqu’à ce qu’un personnage encapuchonné débarque et vienne rompre la tranquillité de notre héros. Devenu adolescent, celui-ci est enlevé à sa famille et conduit dans la citadelle de Slurce, repaire des elfes noirs, où l’on y découvre qu’en fait, les elfes noirs, sont issus des autres espèces mais qu’ils deviennent « noirs », comme maudits… 

Le héros va suivre une éducation d’assassin ; de novice noyé dans ce monde infernal de cette citadelle où il doit lutter pour survivre et contourner les obstacles rencontrés, il deviendra, par l’enseignement qu’il recevra de ses maîtres, un puissant elfe noir, particulièrement doué pour l’art d’ôter la vie.

Le scénario est plutôt classique, mais l’univers dans lequel le personnage évolue et la qualité du dessin de Ma Yin rendent la lecture agréable donnant envie de lire les autres tomes relatifs aux elfes noirs mais également de découvrir les autres espèces et les autres auteurs de la série…

A suivre donc…avec une critique plus globale sur les différents tomes sur les elfes noirs.

Cette explication a calmé mon ami Breth, qui a compris que je poursuivrai à ses côtés la rédaction des chroniques du blog.
Dans son enthousiasme, il m’a promis de faire attention à ce qu’il mange (et à ce qu’il boit…mais là ce sera compliqué) et de faire un peu d’exercice physique…

D’ailleurs, ça n’a pas manqué : il est parti vers le Col de Caradhras dans les Montagnes de brume, chères à notre Maître à tous J.R.R. Tolkien, pour glisser le long des pentes et éliminer tous ses excès.

La dynastie des elfes noirs (tome 5) de la série « Elfes » chez Soleil – Marc Hadrien et Ma Yi
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article