Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un magicien trop bon pour être honnête

Un magicien trop bon pour être honnête

Une fois le pacte scellé entre Asaran et les entité souterraines, la naissance se déroula sans complications. La sorcière avait obtenu ce qu’elle voulait… Une fille, et les démons allaient récupérer l’âme de sa mère lorsque celle-ci deviendrait femme. Ainsi en avait-il été décidé. Mais cela ne se passa pas comme prévu, ce serait encore trop simple (alors que c’est déjà bien tordu, vous avouerez).

L’enfant fut nommée Kora et fit la joie de ses parents. La petite fille était ravissante, très éveillée, particulièrement jolie. Elle charmait quiconque posait les yeux sur elle. Elle fit le bonheur de son père mais pas de sa mère, qui ne trouva finalement aucun plaisir à enfanter, et encore moins à élever sa fille. Au-delà des attaques irrémédiables subies par son corps pendant la grossesse et l’accouchement, Asaran constata que l’enfant lui faisait une part d’ombre plus grande au fil des années. Elle en fut jalouse et la délaissa au fil du temps, préférant consacrer les années qui lui restaient à vivre à chercher un moyen de duper les divinités souterraines à laquelle elle avait promis de se livrer lorsque l’enfant deviendrait femme. Elle songea un instant à tuer la petite fille, et à camoufler son crime odieux en accident. Mais si elle savait pertinemment qu’elle duperait sans difficulté son mari ou les autorités de ce bas-monde, elle était certaine de ne pouvoir tromper des démons du sixième cercle. Elle se réfugia alors dans la magie noire… Plus noire que la nuit sans lune… Plus maléfique que la simple sorcellerie… Et elle finit par trouver la solution… Le jour des premières règles de la petite Kora Sahn, par des pactes de sang, des trahisons, des perfidies, et des élixirs au coût exorbitant, elle parvint à survivre et duper ses commanditaires, les divinités souterraines… Et cela de la pire des manières, sans aucune pitié ou considération pour sa fille. En effet, à force d’étude et de dépenses somptueuses pour se fournir en ingrédients rares et peu ragoutants, elle trouva le moyen de transférer son esprit dans le corps de son enfant, lorsque celle-ci découvrit les premiers saignements.

Asaran rendit son dernier souffle, et au même moment, investissait le corps d’une jeune succube du nom de Kora Sahn…

 

- Cette salope n’est pas ce qu’elle prétend être ! Grondai-je.

 

- Oui, renchérit Bazhell qui ne s’est pas gêné pour lire le grimoire en même temps que moi, directement dans mon esprit. La fille n’est autre que la mère réincarnée…

 

Mais cette révélation n’est hélas pas de nature à éliminer mon ennemie ou me délivrer de son emprise maléfique. Elle détient mon âme bordel ! Je sens la colère monter en moi. Trois heures que je lis ce fichu manuscrit, et tout cela pour aboutir au fait qu’une mère indigne n’a pas hésité à sacrifier sa fille pour lui survivre, et même s’emparer de sa jeunesse, sa beauté et ses pouvoirs de succube.

Un magicien trop bon pour être honnête

- Putain, toute cette histoire pour aboutir à un dénouement aussi futile ! Ou comment perdre son temps !

 

- Non, rien n’est futile dans votre quête. Vous avez eu l’idée de venir à la bibliothèque, vous avez trouvé ce livre, et il a été écrit pour vous…

 

- Moi, je dirais que c’est le livre qui m’a trouvé. Il a bien failli m’assommer.

 

- Mais rien n’est futile dans votre démarche. Ce grimoire, son auteur vous a confié dès la première page  qu’il doit permettre de mettre fin à votre malédiction, il faut juste trouver comment…

 

- Ben oui, ça va m’aider drôlement de savoir que la petite Kora Sahn est en fait la vieille Kora Sahn. Vous savez quoi, lorsqu’elle réapparaîtra, je lui lancerai un truc du genre, « enlève ton masque ma vieille, je t’ai reconnu ! »

 

Je vois mon magicien lever les yeux au ciel, et un sourire extatique s’afficher sur son visage.

 

- Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dit ? J’ai trouvé la formule magique c’est ça ???

 

- Oui, oui, oui… Vous avez trouvé le moyen de lever la malédiction. Il en existe toujours un, c’est dans les codes de sorcellerie élémentaire, même pour la magie noire.

 

Je soupire en lui lançant un regard déçu et dépité. Le pauvre a perdu l’esprit. Qu’on ne vienne pas me raconter que les magiciens sont tous des esprits brillants ! Ce sont juste des marginaux en quête de compagnie, et il a fallu que ça tombe sur moi ! Je décide de quitter ce lieu où j’ai quand même passé une journée à chercher des livres et en lire un qui me semble totalement futile. Bazhell Reed me raccompagne en silence jusqu’au monumental pont qui enjambe l’Avranis.

 

- Alors me relance-t-il, toujours aussi excité, vous avez trouvé ?

 

- Trouvé quoi ?

 

- La solution à vos malheurs bien sûr ! C’est ce que vous étiez venus chercher à la bibliothèque.

 

- Oui, mais ce que j’ai trouvé ne m’aide en rien. Savoir que ma succube est une belle garce qui a trucidé sa fille pour duper les entité souterraines, ne va pas lever ma malédiction. Me voilà bien avancé !

 

- Au contraire, voyons, réfléchissez. L’auteur du grimoire vous a raconté tout cela dans un seul et unique but.

 

- Et lequel selon vous ? Qu’il me fasse perdre mon temps ? Qu’il me fasse prendre conscience, que la succube est encore plus vilaine que ce que je croyais ?

 

- Voyons, Breth, vous êtes un type intelligent. Vous devez faire le lien enfin !

 

Il m’énerve car il titille mon orgueil. Je me retiens de le pousser dans les flots rugissants du fleuve.

 

- Mais le lien avec quoi bon sang ? Et puis vous n’avez pas d’ami. Je vous sais gré de votre sollicitude mais quand même, vous pourriez peut-être trouver un autre pigeon à accompagner !

 

Nous retrouvons la berge et une forme de silence. La cascade avait couvert le début de ma phrase, pas la fin. L’allusion aux pigeons à accompagner fait se retourner sur nous quelques badauds. Je me suis un peu emporté, j’ai un joli brin de voix, et je sais la moduler pour chanter, mais aussi impressionner. Pourquoi cela ne marche-t-il pas avec ce fichu magicien ? Je le trouve désormais collant.

 

- Le lien avec les derniers mots de votre succube voyons ! Rappelez-vous ces derniers mots !

 

Je me concentre, mais il ne me faut pas effectuer de gros efforts pour me rappeler les mots que cette démone a prononcé dans mon esprit lorsque j’ai lu le parchemin maudit. Je les prononce alors à haute voix, l’air dubitatif.

 

- « Je suis la voix de la vérité et me dois de te mettre en garde. Si tu poses les yeux sur moi, je lirais en toi et exaucerai ton vœu le plus cher… Mais ton âme à moi sera liée à jamais… Sauf si tu peux me livrer une âme plus riche que la tienne, ou, plus improbable, si tu peux me prendre en défaut de vérité. »

 

- Elle n’est pas celle qu’elle prétend ! Jubile Bazhell en sautillant sur place. Vous pouvez désormais la prendre en défaut de vérité ! Vous tenez votre solution !

 

Je fronce les sourcils. Il a raison bien sûr. Elle ment sur son identité et révéler ce mensonge pourrait me sauver. Alors pourquoi ne parviens-je pas à me réjouir de cette nouvelle ? Peut-être parce que je n’ai jamais révélé ces propos à l’homme qui se tient en face de moi ? Comment a-t-il eu connaissance de cette phrase prononcée par Kora Sahn ? Qui est-il vraiment ? Est-il réellement magicien ?

Un magicien trop bon pour être honnête
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article