Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Frazetta et les femmes

Frazetta et les femmes

Les femmes chez Frazetta ne ressemblent pas aux autres femmes représentées par les illustrateurs d’heroic fantasy. Mais me direz-vous, le style Frazetta ne ressemble à aucun autre. Il est un précurseur, cent fois imités, mais jamais vraiment égalé. Alors pour les femmes, ce n’est pas surprenant, il a imposé sa patte, et cette originalité a inspiré cette petite rubrique sans prétention, mais motivé par ma double passion… Pour cette illustrateur évidemment, mais aussi des femmes.

- Abrège un peu ton intro, et passe aux choses sérieuses. Je suis curieux de t’entendre. N’oublie-pas que tu réponds à un défi !

Harken se rappelle à moi, en se dandinant sur son fauteuil, la timbale à la main.

Frazetta et les femmes

- Les femmes, donc, repris-je après m’être râclé la gorge. Chez Frazetta, elles ont des formes, des muscles, elles sont rondes sans être grosses, sensuelles mais naturelles, nullement stylisées et icônisées comme cela peut être le cas chez certains artistes, surtout de nos jours. La poitrine est toujours opulente, parfois légèrement tombante, la mode des corsets à l’époque où Frazetta les couche sur papier, leur donne toutefois une taille étroite, avec des hanches assez larges, et la culotte de cheval, parfois, n’est pas loin. Ce sont des femmes, des vraies, pas des mannequins bodybuildées ou des objets de désirs ou de fantasmes. Mais attention, cela les rend paradoxalement plus fascinante, plus érotique même. En fait, ce sont les femmes de son époque, les femmes des années 50 et 60, mélange de femme fatale et femme au foyer pas encore émancipée… Il faut les voir avec les yeux d’un homme qui a vécu à un autre siècle, une autre époque avec d’autres mœurs, d’autres mentalités, et ne pas tenter d’accoler à son style les préceptes de notre époque.

- Ce que tu dis là va t’attirer les foudres des féministes !

- Dès que l’on parle des femmes désormais, surtout si on accole le mot nue à côté, on peut s’attendre à une levée de boucliers !

- Oh le jeu de mot…

Je le regarde, un peu ahuri. S’il y a eu jeu de mot, il n’est pas volontaire. D’ailleurs je ne l’ai même pas relevé, vous non plus peut-être. Je le regarde, un brin hébété.

- Bouclier… Heroïc fantasy… Pas mal, relève-t-il d’un air narquois.

- Oui, bof, pas fait exprès. Je reprend si ça ne te fait rien.

Il incline la tête pour me donner son assentiment et j’essaie de reprendre le fil de mon raisonnement.

Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes

- La femme apparaît dans certains tableaux sous les traits de la guerrière, un thème classique en fantasy, mais sous le pinceau de Frazetta elle y est souvent dépeinte comme victime. Elle est sacrifiée, poursuivie, attachée, Frazetta aime la représenter en moment de faiblesse, à terre, recroquevillée, dissimulée. Par conséquent, ses héros masculins, s’ils sont bons, vont la protéger, prendre sa défense, la mettre à l’abri. Mais s’ils sont animés de mauvaises intentions, alors on imagine le sort qui peut leur être réservé… La mort étant peut-être le plus expéditif mais aussi le plus souhaitable ?

On remarquera enfin, dans le style de notre artiste, que les fesses de ses héroïnes sont rebondies… les courbes sont harmonieuses. Ce sont des femmes callipyges que Frazetta met à l’honneur et non les sacs d’os anorexiques à la mode Dior ou Channel. Il les représente souvent de dos pour mieux dessiner leurs courbes généreuses.

- Et ça les courbes tu aimes, s’esclaffe Harken, en m’adressant un clin d’œil complice.

Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes

Il commande aussitôt une nouvelle tournée à Weenara, juste pour qu’elle s’approche et me permette d’admirer sa silhouette chaloupée. Il n’a évidemment pas tort, Harken, les femmes sont un sujet d’inspiration infini pour les artistes que nous sommes : peintres, écrivains, sculpteurs, poètes et musiciens… Leur corps ici relaté, ne doit pas effacer l’esprit et le sentiment qu’elles peuvent nous inspirer, je tiens à terminer sur ces propos pour ne pas être qualifié de sexiste.

- Mais oui Breth, on le sait que t’es un grand romantique… On ne va pas te traiter de sexiste ou de misogyne pour avoir placé quelques fesses sur ton blog dans le seul but d’appuyer et illustrer tes propos.

Je souris et trinque une nouvelle fois avec lui, mais je sais qu’il a tort car j’ai déjà reçu quelques messages bien sentis avant même d’écrire ce petit billet, un tantinet provocateur, mais en rien phallocrate, vous en conviendrez. 😉

Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes
Frazetta et les femmes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article