Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Conan le barbare, musique de Basil Poledouris

J’inaugure aujourd’hui une nouvelle rubrique concernant les plus belles musiques d’heroic fantasy. J’aurais dû le faire il y a longtemps, en tant que barde, cette omission était intolérable, voilà qui est désormais réparé. Que seraient devenues nos grandes épopées sur grand écran, sans grande musique pour accompagner les élans héroïques de nos personnages préférés, le tumulte des batailles, les déclarations d’amour, les décès des héros, ou toute autre émotion, découvertes et mystères à entretenir par une bonne bande son ?

Je préviens les puristes de la recherche et des dossiers fournis, il n’y aura pas de grands développements sur les auteurs, ou d’analyses pointues des instruments, des airs joués ou repris, je veux juste faire partager à ceux qui prendront le temps de venir nous visiter, les bandes originales les plus réussies. Par réussies, j’entends les musiques qui décuplent l’émotion, ou au contraire, selon les circonstances, celle qui accompagne les images sans s’imposer trop lourdement… C’est selon les circonstances évidemment. Pour moi, sans conteste, la meilleure musique de film « heroic » de tous les temps est décerné à Conan le Barbare (la version de 1981, avec Schwarzy évidemment, les remakes ne sont pas à la hauteur), dont la musique composée par Basil Poledouris est un pure chef d’oeuvre. Pourquoi ? Parce que cette BO transmet un état d’esprit, colle aux images et aux émotions. Il faut un hymne guerrier pour les combats, sortir les violons quand l’héroïne pleure le héros (bon, d’accord, c’est un peu cliché), et savoir jouer du tambourin pour un thème de civilisation. Et voilà ainsi ma transition toute trouvée pour le premier morceau que je vous propose d’écouter, un pure chef d’œuvre, « theology civilisation », tout bonnement fabuleux. On imagine sans besoin des yeux pour voir, notre héros, déambulant au beau milieu de la cité, croisant marchands et courtisanes, hésitant entre les échoppes et les tavernes, je vous laisse écouter et juger par vous-même… Une pure merveille…

Le troisième extrait est tout aussi extraordinaire… Conan visite une crypte, y allume un feu et la musique s’impose au fur et à mesure que la lumière repousse les ténèbres et nous fait découvrir le squelette et l’épée… Tout héros digne de ce nom a une épée… celle de Conan lui vient d’un roi oublié et enterré dans ce tumulus de pierres… Une épée glorifiée par la musique de Polédouris…

Mon quatrième morceau est « the search », où Conan voyage et questionne inlassablement les hommes qu’il croise, leur montrant le talisman-symbole de Tul Sadum… Deux serpents se faisant face. Ce symbole le hante depuis qu’il a vu le grand prêtre de cette religion piller son village, et assassiner ses parents sous ses yeux.

Et enfin le meilleur pour la fin, la plus belle scène de bataille au corps à corps qui fut jamais réalisée, j’entends bien sûr les puristes et autres jeunots me rétorquer que cela ne vaut pas les batailles du seigneur des anneaux ou autre hobbit, je préciserai donc, la meilleure bataille (et surtout la meilleure musique l’accompagnant) avant les mégas productions (et moyens et effets qui vont avec 😉… Appréciez le morceau qui suit, les images du film, agrémenté de quelques extraits du concert live à Ubéda en 2006 (hommage au grand Polédouris et à l’orchestre philarmonique d’Andalousie qui l’accompagne).

Pour ceux qui ont apprécié, je vous propose la BO complète ci-dessous, en vente chez tous les disquaires bien sûr (ça se dit encore ça, les disquaires ? délicieusement vintage cette chronique… lol).

SOURCE WIKIPEDIA

Basil Poledouris a été initié à la musique via le piano, dès l'âge de sept ans. Plus tard, il abandonnera ses études de musique pour se consacrer au cinéma, car il le considérait comme "la musique de sa génération, un art nouveau sans aucune règle, s'accordant parfaitement avec la façon dont les Beatles changeaient le monde et dont le monde lui-même changeait". À l'USC, où il étudiera alors le septième art, il fait la rencontre de personnes qui seront importantes dans sa vie d'artiste, telles que George Lucas, Randal Kleiser et surtout John Milius.

Le compositeur commencera par quelques compositions pour la télévision, avant de commencer une étroite collaboration avec John Milius sur 5 films.

Pour ce dernier, Poledouris compose en 1982 la partition épique de Conan le Barbare, qui sera considérée par la suite comme une de ses plus belles réussites. La puissance et le lyrisme qu'elle insuffle au film aura contribué à en faire une des œuvres phares des années 1980 et a été, depuis, une grande source d'inspiration dans le domaine de l'Heroic fantasy.

En 1985, sa rencontre avec le réalisateur Paul Verhoeven sera également déterminante. Pour lui, il compose une autre pièce maîtresse pour le film La Chair et le sang. Les deux hommes collaborent ensuite dans le registre de la science fiction, sur RoboCop en 1987 et Starship Troopers en 1997.

Poledouris compose également pour le western avec ses partitions pour la mini-série Lonesome Dove en 1989, qui sera récompensée par l'Emmy Award de la meilleure musique et pour le film Mr Quigley l'Australien en 1990, tous deux réalisés par Simon Wincer.

Par amitié pour John Milius qui lui confie la musique de Flight of the Intruder en 1990, il décline la proposition de Kevin Costner qui l'avait sollicité pour composer la musique de Danse avec les loups et manque peut-être l'occasion de connaître la consécration de sa carrière (le film vaudra à son remplaçant John Barry, l'Oscar de la meilleure musique de film en 1991).

La même année, il compose néanmoins la musique d'À la poursuite d'Octobre rouge, avec un hymne chanté dans la tradition des Chœurs de l'Armée rouge. Cette utilisation des chœurs aura fortement inspiré par la suite d'autres compositeurs comme Hans Zimmer pour sa partition de USS Alabama.

En 1993, il compose la musique d'un autre succès au box-office, Sauvez Willy. La même année, pour la comédie Hot Shots! 2, il n'hésite pas à parodier amicalement la musique de Jerry Goldsmith en reprenant certains passages de Rambo 2 : La Mission.

Il écrit également la musique de l'une des séquences d'ouverture des Jeux olympiques d'été d'Atlanta, nommée "The Tradition of the Games", en 1996.

Au début des années 2000, un cancer lui est diagnostiqué et il est contraint de réduire considérablement son activité. Il compose sa dernière partition en 2002.

En juillet 2006, quelques mois avant de décéder, il dirigera néanmoins une dernière fois sa fameuse musique de Conan le Barbare lors d'un concert en forme d'adieux au "Festival de musique de films d'Úbeda".

Avec son style très épique, Basil Poledouris était un spécialiste des films d'aventures ou de science-fiction et malgré la qualité de ses compositions dont certaines sont devenues des classiques, il reste relativement méconnu du grand public.

Filmographie

Cinéma
Télévision
Séries télévisées
Téléfilms
Basil Poledouris

Basil Poledouris

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article