Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Game of thrones confronté à la science.

Game of thrones confronté à la science.

Après avoir évoqué les inspirations historiques et géographiques de George R. Martin pour Game of thrones, je vais tenter de faire aujourd’hui le lien entre notre série préférée et la science… Toutes les sciences… La médecine, la paléontologie,  la zoologie, la climatologie, la zombilogie (la science des zombies, non, ça n’existe pas ? Faudrait peut-être l’inventer, y’a des choses à dire sur le sujet…)… Allez prêt pour un petit tour dans le monde de Westeros, en compagnie de Breth-Jamy Harken ? C’est parti… Un article garanti sans spoiler !

Isaac Hempstead-Wright, l'acteur qui joue Bran Stark, le froid, ça le connait... Il a pris la décision de faire du tourisme dans le grand nord. Et en luge avec ça !

Isaac Hempstead-Wright, l'acteur qui joue Bran Stark, le froid, ça le connait... Il a pris la décision de faire du tourisme dans le grand nord. Et en luge avec ça !

1. Le climat

Winter is coming (L'hiver vient pour les gros nuls qui n’auraient toujours pas compris). C’est pas un scoop, c’est la devise des Stark. Mais l’idée que l’hiver s’installe et demeure pour un temps long (plusieurs années et peut-être décennies ?) est un fait bien établi pour les Nordiens. Mais est-ce crédible ? Est-ce plausible ? Première explication, ce cycle d’hiver très long peut se justifier par des cycles glaciaires similaires à ceux que la terre a connu dans le passé et qui s’est achevé pour le dernier phénomène, il y a 11 000 ans… C’est une thèse défendue par la climatologue Kaitlin Naughten, inspirée par les découvertes de l’astrophysicien Milankovitch en 1941. Celui-ci explique les cycles de glaciation  par la gravité exercée par les autres planètes sur notre bonne vieille terre, ce qui modifie légèrement notre orbite autour du soleil et fait baisser la chaleur que celui-ci nous procure.

Le climat a un rôle majeur dans GOT, surtout avec cet hiver qui menace. D’ailleurs le parallèle que fait Martin avec le changement climatique que l’on connait est frappant : « les peuples de Westeros sont trop occupés à se disputer le pouvoir et la richesse, car cela les distrait de la menace de l’hiver approchant, qui a le potentiel de les détruire tous. » avait-il déclaré dans le New York Times… Est-ce d’ailleurs la fin qu’il nous réserve dans sa version littéraire ? Une glaciation propice à la victoire des marcheurs blancs ? Un trône occupée par le roi de la nuit, qui damerait ainsi le pion à Jon, Daenerys, Cercei et les autres…

Une autre étude sur le climat de Westeros a été menée par des scientifiques de  l'université de Bristol, de Cardiff et de Southampton en Angleterre de manière tout à fait érudite et argumentée. Mais, ils n'ont pas laissé pour autant leur humour au vestiaire puisque leur article collectif est signé de l'un des personnages de la série, Samwell Tarly domicilié dans la citadelle de Westeros...

Petite entorse à la fiction, les calculs savants auxquels ils se sont livrés n'ont pas été réalisé avec des crayons de bois et du parchemin mais ont nécessité la puissance de calcul des super-ordinateurs du Advanced Computing Research Centre de l'université de Bristol. Les chercheurs ont montré que pour obtenir des saisons aussi longues, il est nécessaire que l'inclinaison de son axe soit tel que la planète présente toujours le même hémisphère au soleil lors de sa rotation autour de son étoile. Au-delà du mur, là où vivent les marcheurs blancs, le climat hivernal s'apparente à celui de la Laponie. Tandis que chez les Lannister, il y fait aussi bon qu'au Texas aux mêmes périodes.

Mais à l'instar du nôtre, le monde de Game of Thrones ne serait pas épargné par un réchauffement planétaire. Moins par la combustion d'hydrocarbures qu'à cause d'émissions de gaz à effet de serre générés par les feux de forêts et les dégagements de méthane de ces satanés dragons (enfin là, ils poussent un peu, trois malheureux dragons, ils y vont fort quand même). Les chercheurs ont modélisé ces données et sont parvenus à une élévation de 2,1°C à l'échelle de la planète pour un doublement du taux de dioxyde de carbone. Au-delà de l'aspect ludique de ce calcul, le but des chercheurs était de démontrer que les processus scientifiques et les calculs climatiques utilisés par le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (IPCC) pouvaient être opérants pour des planètes autres que la Terre.

La famille Stark au grand complet qui pose pour la postérité avant que certains ne disparaissent... Oui, bon, c'est pas du spoil, c'est la saison 1 ! Leur devise "winter is coming" !

La famille Stark au grand complet qui pose pour la postérité avant que certains ne disparaissent... Oui, bon, c'est pas du spoil, c'est la saison 1 ! Leur devise "winter is coming" !

2. Les dragons

Et puisque nous évoquions les dragons, grosse touche fantasy de la saga (avec les marcheurs blancs), la question se pose de savoir si ces dragons sont crédibles ? Tout le monde s’est déjà posé la question de savoir si nos bons vieux dinosaures n’auraient pas pu voler il y a quelques millions d’années ? Ne pourrait-il pas exister une espèce de tyranosaurus dotés de grosses ailes de chauve-souris bien épaisses capables de s’envoler et pourquoi pas de  cracher du feu ? Peut-être n’avons-nous pas encore eu la chance d’en découvrir quelques restes éparpillés sous le permafrost sibérien… Attendez juste encore quelques années que le réchauffement climatique fasse son œuvre et dégèle les toundras ! Est-ce seulement possible ? Ces animaux auraient-ils pu seulement voler ?

Des paléontologues se sont penchés sur le cas du ptérosaure Quetzalcoatlus northropi, la plus grande créature volante connue à ce jour. Comme son nom le laisse supposer c’est un dinosaure qui s’est éteint comme tous les autres il y 66 millions d’années. Il devait peser 250 kilos et mesurer 11 mètres d’envergure. Sa puissance musculaire devait être titanesque pour pouvoir décoller et soulever son propre poids car l’on sait que la puissance n’augmente pas proportionnellement avec la taille d’un animal. Ben oui, je ne vous apprends rien, les fourmis peuvent porter plusieurs fois leur propre poids alors que nous, pauvres humains, en sommes bien incapables.

Les scientifiques pensent donc que notre ptérosaure Quetzalcoatlus northropi ne pouvait donc pas se propulser aussi facilement qu’un oiseau. Il devait s’aider de ses ailes pour s’envoler, un peu à la manière des chauve-souris, ce que confirme le paléontologue Michael Habib, spécialiste en biomécanique à l’université de Californie du sud qui a mené des simulations sur des ossements. Comme les chauve-souris, ces dinosaures possédaient en effet une musculature plus puissante au niveau des épaules et des membres antérieurs. Mais un dragon, alors, est-il envisageable au moins sur Westeros qu’il puisse voler ? Michael Habib est sceptique : « Au-dessus de 400 kilos (Et on est bien en dessous de Rhaegar le dragon noir de Daenerys), le ptérosaures auraient été incapables d famae décoller. Un animal volant de plusieurs tonnes aurait besoin d’une puissance musculaire extraordinaire et d’un squelette très solide. Cette anatomie n’est comparable à aucune créature terrestre connue. »

Petit dragon deviendra grand... Je te porte aujourd'hui, mais demain, c'est toi qui me portera... Ainsi avait-il été dit dans la prophétie... Et voyez par vous-même ce qu'il advint !

Petit dragon deviendra grand... Je te porte aujourd'hui, mais demain, c'est toi qui me portera... Ainsi avait-il été dit dans la prophétie... Et voyez par vous-même ce qu'il advint !

Game of thrones confronté à la science.

3. Les loups géants des Stark

Point de dragons, donc, mais qu’en est-il des loups ? Il existait bien des cervidés qui atteignaient deux mètres au garrot, et dont les bois mesuraient jusqu’à 3 mètres 50 d’une extrémité à l’autre… Le Megaloceros giganteus ou Megaceros qui vivaient encore il y a 11 000 ans, pourquoi ne pourrait-on concevoir l’existence passée de loups géants pour les chasser ?

Eh bien oui, à la même époque, c’est tout à fait vrai, des loups géants, appelés Canis dirus vivaient encore il y a près de 10 000 ans. Leur carrure était environ 25% plus massive que celle des loups d’aujourd’hui (donc de belles bêtes, pas encore aussi grosses que Eté, Lady, Fantôme ou Nyméria, mais bon quand même, à éviter de croiser sans une épée bien affutée ). La mâchoire de Canis dirus était 130% plus puissante que celle d’un loup aujourd’hui. On le sait grâce aux 3000 fossiles retrouvés sur le site de La Brea à Los Angeles en Californie. Ces animaux sont restés piégés dans des mares gluantes d’asphaltes (goudrons naturels), ce qui nous permet d’affirmer avec certitude que les loups géants des Stark sont bien crédibles.

Sophie Turner, alias Sansa Stark, s'est amourachée du chien qui incarne son loup Lady dans la série HBO et a décidé de l'adopter dans la "vraie vie".

Sophie Turner, alias Sansa Stark, s'est amourachée du chien qui incarne son loup Lady dans la série HBO et a décidé de l'adopter dans la "vraie vie".

Sansa (Sophie Turner) et "Lady".

Sansa (Sophie Turner) et "Lady".

4. Le dothraki

Saviez-vous que la langue de Kal Drogo a été créé pour les besoins de la série par un linguiste ? Il existe quelques précédents fameux : le na’vi d'Avatar, conçu par l'universitaire californien Paul Frommer, le klingon dans Star Trek, inventé par un linguiste diplômé de l'université de Berkeley, et bien sûr les langues elfiques du Seigneur des anneaux de J.R.R. Tolkien. Les livres de George R.R. Martin ne contenant qu'une trentaine de mots et expressions dothraki, HBO a cherché un spécialiste qui saurait "faire parler" ces guerriers à l'écran. "La Language Creation Society a reçu un jour une offre de travail qu'elle a relayée auprès des communautés en ligne de création de langues, raconte à Sciences et Avenir David J. Peterson, diplômé de linguistique à l'université de San Diego et président de cette association. Une trentaine de candidats a répondu, dont moi, et nous avons passé deux séries de tests anonymes. Au final, les producteurs m'ont choisi."

Imaginons ainsi que vous ayez à dire au hasard en Dothraki : "Je l'ai effleuré d'un coup d'épée". Vous auriez alors à ahaner quelque chose du genre : "Anha ilde chiftikh maan arakhoon anni." Retenez, ça peut servir… Je sais pas moi, si vous avez à conter à une belle sauvage dothraki comment vous avez cueilli la rose que vous lui offrez par exemple… Mélange de virilité, d’habileté et de charme (c’est tout moi ça 😉

Khal Drogo (Jason MOmoa) et sa Khaleesi (Emilia Clarke) règnent sur le peuple Dothraki (enfin un certain temps)...

Khal Drogo (Jason MOmoa) et sa Khaleesi (Emilia Clarke) règnent sur le peuple Dothraki (enfin un certain temps)...

5. La maladie de Hodor.

Voilà un acteur qui n’aura pas été gêné pour apprendre ses dialogues, il n’a qu’un mot à retenir… le sien… Pas trop compliqué… Si vous êtes fan, vous avez probablement été fasciné par l'étrange mal qui touche ce personnage grand et massif surnommé Hodor car il ne sait donc prononcer que ce seul mot (voir la vidéo ci-dessous). Mais contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'est pas son prénom qu'il répète en vain : comme l'indique le premier livre de la saga de George R. R. Martin, à l'origine de la série de HBO, il s'appelle en réalité Walder. Il souffrirait d'une forme avancée d'une maladie appelée "aphasie de Broca" ou encore "aphasie expressive", découverte au 19e siècle par le médecin français Paul Broca.

Tout commence en 1861, lorsque Paul Broca se penche sur le cas d’un homme appelé Louis-Victor Leborgne, qui a perdu progressivement la capacité de produire un discours cohérent depuis 20 ans, et qui n'est alors capable de prononcer qu'un seul mot : "tan". Pourtant, le médecin constate que les capacités de compréhension du langage de son patient ne sont pas affectées. Après le décès de l'homme, Paul Broca réalise une autopsie et constate une lésion au niveau du lobe frontal de l'hémisphère gauche, juste à côté d'un sillon latéral (voir image ci-dessous). Paul Broca a constaté cette même anomalie chez 12 patients présentant les mêmes symptômes que Louis-Victor Leborgne.

https://www.sciencesetavenir.fr/assets/referentiel/file/13887790.png

La région du cerveau affectée chez ces patients, nommée depuis "aire de Broca", est le siège de la production de la parole. Depuis, ces troubles du langage sont appelés « aphasie de Broca », même si d’autres scientifiques ont démontré depuis que des lésions plus profondes pouvaient causer ces dysfonctionnements.

Les malades peuvent ainsi s'exprimer en langage "télégraphique", en faisant une phrase avec seulement trois mots (un sujet, un verbe, un complément). Par exemple : "Ramsey, chien, chasser" peut vouloir dire « Ramsey va chasser avec son chien"… Donc, protège tes couilles…

6. Le feu grégeois

Voilà un thème que j’aurais pu évoquer dans mon dossier en lien avec l’histoire ! En effet, le feu grégeois qu’utilise Tyrion Lannister pour repousser la flotte de Stannis lors de la fameuse attaque de la Néra, aurait été inventé en 672 par les Byzantins. Cette arme hautement inflammable (comme dans la série), a été utilisée par 15 navires grecs encerclés en 941 par un millier d’embarcations russes. Le procédé consistait à projeter grâce à des pompes, un liquide qui s’enflammait au contact d’une flamme placée à l’extrémité de tubes ! On en ignore les composantes exactes car le procédé a été perdu, mais il n’empêche que sa couleur singulière, hypnotique et fascinante, surnommé démon vert par les byzantins, est bien la même !

Une arme chimique tristement célèbre réapparaît en 1941 avec les mêmes caractéristiques que le feu grégeois : le napalm ! Ce mélange d’essence et d’épaississants chimiques brûle longtemps et peut se répandre sur l’eau lui aussi.

Le feu grégeois était utilisé par les Byzantins, comme le prouve cette enluminure du codex de Skylitzès dit de Madrid qui date du XIIème siècle et qui est actuellement conservé à la bibliothèque nationale d'Espagne (Gr. Vitr.26-2).

Le feu grégeois était utilisé par les Byzantins, comme le prouve cette enluminure du codex de Skylitzès dit de Madrid qui date du XIIème siècle et qui est actuellement conservé à la bibliothèque nationale d'Espagne (Gr. Vitr.26-2).

7. L’acier valyrien

Voilà un autre mystère que j’aurais pu lever dans mon dossier « les liens entre histoire et GOT » puisque ces lames dont le tranchant et la solidité sont si souvent vantées dans la série semblent puiser leur inspiration dans l’acier de Damas, très réputé au Moyen Age.

Pourtant, il faut savoir que la solidité et le tranchant sont deux qualités difficiles à faire cohabiter dans une même épée. Pourquoi ? Jamy revient par ici, et explique leur ! C’est en fait très simple, l’acier, qui est un alliage de fer et de carbone, est très cassant lorsqu’il est dur et tranchant ! Donc une épée cassante… Pas top quand il s’agit de découper du marcheur blanc !

Le Graal du forgeron est donc de trouver la bonne alchimie qui permettra de combiner ces deux propriétés : le tranchant et la solidité. Et là, cela nous ramène à des textes du Moyen Age qui font référence à ce fameux acier de Damas. Hélas, là encore, comme pour le feu grégeois, la recette s’est perdue au XVIIIème siècle. Des historiens ont toutefois mené l’enquête et révélé que la qualité de cet acier pouvait tenir à « d’infimes impuretés » telles le vanadium, un métal rare, qui est aujourd’hui utilisé comme additif dans des alliages servant dans l’aéronautique. Ce vanadium a la particularité de favoriser la répartition du carbone au sein de la structure ferreuse. Elle lui confère ainsi des zébrures sombres, semblables aux descriptions de l’acier de Damas, et des épées valyriennes.

Rien de tel qu'une bonne lame en acier valyrien pour couper quelques têtes ! Mais un jour, ton tour viendra, disait la prophétie... Il n'a pas voulu écouter, il abattit son épée, la tête roula à ses pieds...

Rien de tel qu'une bonne lame en acier valyrien pour couper quelques têtes ! Mais un jour, ton tour viendra, disait la prophétie... Il n'a pas voulu écouter, il abattit son épée, la tête roula à ses pieds...

8. Le Mur

Comment ne pas évoquer le fameux mur pour terminer cette rubrique ? Non, je ne vous referai pas le coup du mur d’Hadrien, je veux ici savoir si un mur gigantesque, tout en glace, même sous un climat polaire, pourrait tenir debout ! Rappelons que ce mur fait tout de même 5000 km de long et pas moins de 200 mètres de hauteur ! Le Mur le plus célèbre de la littérature a fait l’objet d’une étude de la part de Martin Truffer, un glaciologue américain, et ses conclusions sont hélas sans appel ! Même avec des températures très inférieures à zéro, notre Mur (enfin celui de Martin), s’écroulerait au bout de quelques mois ! Oh non, il ne fondrait pas, le problème n’est pas là… D’après les calculs de notre scientifique, la glace au pied du mur subirait une telle pression (180 fois supérieure à celle subie à la base d’un glacier classique) qu’elle finirait tout bonnement par se déformer, ce qui provoquerait un irrémédiable effondrement… Et nul besoin du feu d’un dragon pour cela… 😉

Le Mur !

Le Mur !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article