Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La nouvelle controverse de Breth et Harken à propos de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore : "les nains des royaumes de Krynn"

Illustration de Larry Elmore : "les nains des royaumes de Krynn"

Cette idée de chronique m’est venue lors d’une petite déambulation dans les rues de notre belle cité lors du festival des « imaginales de Kos ». Il y met à l’honneur les plus grands écrivains du Royaume, des dessinateurs, des fabulistes, et aussi quelques peintres. J’y étais l’invité d’honneur cette année, pour « la trahison des alchimistes » (de Breth Harhen, aux éditions Baudelaire… Pub… lol… ça c’est fait)…

Gros mytho… Ca c’est Harken, qui a un droit de regard avant la publication de mes chroniques et qui se permet parfois de truffer mes billets de quelques remarques (souvent odieuses, parfois justifiées… Et aujourd’hui, les deux à la fois)

Bref, en déambulant dans les rues de Kos, nous tombons sur la place des portraitistes de Maloutre où, comme tout le monde le sait, les meilleurs peintres et illustrateurs du Royaume se donnent rendez-vous pour exercer leur talent. Notre attention est vite attirée par une petite foule de badauds qui entourent un homme aux bacchantes impressionnantes et qui est en train de peindre une troupe de nains poursuivie par un dragon. Je fais aussitôt l’analogie avec une peinture de Larry Elmore, ce que je ne manque pas de faire remarquer au peintre copiste.

C’est pour montrer sa science, il ne peut pas s’empêcher (encore une intervention inopportune de Harken, car cette fois, c’est faux, je voulais juste entamer la conversion). Le bonhomme a une mine joviale et un vrai talent, c’était ma façon d’en apprendre un peu plus sur lui.

- L’on dit de moi que je n’ai aucune imagination, reconnaît mon peintre amateur. En revanche, je suis doué avec un pinceau, et j’ai une incroyable mémoire visuelle. J’ai vu une fois cette œuvre de Larry Elmore en effet, je l’ai adoré, placé dans une petite case mémoire de mon cerveau, et aujourd’hui, je passe le cap, et tente de le reproduire.

Il ne m’en faut pas plus pour m’inspirer cette rubrique aussitôt rentré à la fesse heureuse, notre auberge pour ceux qui l’ignorerait encore. Vous comprendrez alors qu’Harken se tient à mes côtés, il déteste boire seul (comme moi d’ailleurs, un point commun qui a dû renforcer bien des amitiés en ce bas-monde).

- Ne me dis pas que tu vas chroniquer cet imitateur ? S’étonne-t-il en me voyant sortir quelques feuillets. Comment s’appelle-t-il déjà ?

Je lui réponds sans lever le nez de mon parchemin, je me sens inspiré.

- Dali… Salvador Dali, un nom étrange qui, je te le concède, est voué à être très vite oublié. L’homme a du talent mais aucune imagination, c’est triste pour lui.

- Il singe les œuvres des autres et tu lui fais l’honneur d’une chronique, cela ne te ressemble pas !

Il me connaît bien, cela ne me ressemble pas. Je décide alors de lui révéler le vrai thème de ma rubrique.

- Je vais faire une chronique sur un illustrateur, mais pas sur ce Dali que personne ne connaît… Non, sur Larry Elmore ! Il tient dans mon cœur une place particulière. Il s’est rappelé aujourd’hui à mon bon souvenir, c’est l’occasion de lui rendre hommage.

- Ah ouais ? Carrément, un hommage ! Et pourquoi occupe-t-il cette place si privilégiée dans ton petit cœur d’artichaud ?

Illustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore

Collector Dragonlance, avec des illustrateurs comme Elmore, mais aussi Keith Parkinson, (dessin central)

Collector Dragonlance, avec des illustrateurs comme Elmore, mais aussi Keith Parkinson, (dessin central)

- Larry Elmore m’a attiré dans l’univers de la fantasy. Le premier livre de ce genre que je me souvienne avoir lu est la saga Dragonlance de Weis et Hickman, il y a plus de trente ans ! J’ai adoré. C’est lui qui a réalisé les couvertures, et tu sais l’importance de la couverture dans la vente d’un livre, c’est énorme !

Il est des artistes comme ça que l’on associe automatiquement à un héros ou une œuvre, Frazetta à Conan, Alan Lee ou John Howe au seigneur des anneaux, Jeff Eastley au monde de donjons et dragons, eh bien, Larry Elmore, c’est « Dragonlance » ! Mais cela ne semble pas susciter la moindre réaction chez Harken, sa pupille ne brille d’aucune lueur d’intérêt ou d’intelligence (fréquent chez lui d’ailleurs)… Sa réponse, un brin tardive, me le confirme.

- Et c’est quoi « Dragonlance » ?

- Inculte que tu es ! « Dragonlance » est la plus formidable série de fantasy qui se déroule dans l’univers du jeu de rôle « donjons et dragons ».

Oui, je précise quand même, dans l’univers jeu-de-rôlesque ! Faut que je reste crédible tout de même.

- Rien que ça ?

- L’œuvre de Weis et Hickman m’a transporté. Avant que je ne lise le seigneur des anneaux, il y était question d’une compagnie d’aventuriers hétéroclites : une prêtresse, un paladin, un mage, un guerrier (Raistlin et Caramon, deux jumeaux aux caractères si opposés), un nain et même un kender, dont le tempérament très drôle a indéniablement inspiré les facéties de mes deux lémures dans « la trahison des alchimistes » ! Elmore est pour moi l’illustrateur parfait des compagnons de jeu de rôle, ceux qui partent ensemble pour l’aventure, obligés de cohabiter malgré les différences de races ou d’alignements (les amateurs d’AD&D me comprendront), et qui finissent autour d’un feu à fêter leur réussite !

Illustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore : "les tueurs de dragons"

Illustration de Larry Elmore : "les tueurs de dragons"

Ma tirade sur Dragonlance ne convainc pas totalement mon compagnon, qui après avoir siroté son hydromel, se permet de me contrer d’une manière inattendue.

- Sauf que je connais l’œuvre de Elmore, j’aime bien, mais bon, de là à lui tisser de tels lauriers, tu exagères ! Il n’est pas le plus doué à mon sens, ses traits sont moins fins que ceux de Jeff Eastley ou Boris Valejo, son monde moins riche et varié qu’un Lockwood ou Parkinson, ses héroïnes n’ont pas la sensualité de Luis Royo ou de Rowéna Morill.

Je suis bluffé par les connaissances de mon acolyte sur le sujet. C’est vrai qu’il a toujours été sensible au monde de l’art. Résultat au moins positif de ces nombreuses rapines ! Il est sûrement tombé par hasard sur certaines de ses œuvres en cambriolant quelques appartements de bourgmestres et autres notables et en aura conservé quelques connaissances, ou tout du moins un certain point de vue.

- Il est l’illustrateur des aventuriers qui partent en quête, le meilleur qui soit à mon sens pour relater les aventures de groupes, et pour moi, cela suffit à cette rubrique.

- Sûr qu’avec lui, on n’est pas dans le mythe du surhomme aux biceps surgonflés, et encore moins l’amazone dénudée qui va tout casser. Ni Conan ni Red Sonja à l’horizon !

- J’aime l’idée de l’équipe qui brave les épreuves, comme dans une vraie partie de JDR (il a d’ailleurs participé à l’aventure TSR aux côtés de Jeff Eastley à qui j’ai consacré un précédent billet). L’union  fait la force !

- Ouais, tes aventuriers éliminent le dragon, évitent les pièges, raflent le trésor et posent devant l’objectif. Revenons un peu à sa façon de dessiner. Il est moins inspiré dans ses paysages et les scènes qu’il représente que les autres illustrateurs de sa génération (Caldwell, Eastley, ou Parkinson qui ont un style vraiment très proche). Les mouvements de ses héros paraissent parfois figés. Il est, si j’osais une comparaison avec la peinture du XIXème, un classique au moment de l’émergence du romantisme.

Cette analyse confirme au moins qu’il n’est pas totalement ignorant et qu’il ne me contredit pas juste par plaisir, comme souvent avec lui.

- Elmore est peut-être plus traditionnel, plus réaliste. Il accorde un soin particulier aux vêtements, c’est un besogneux, mais avec un réel talent, ne nous y trompons pas !

- Oui, mais quand même, il abuse, attends moi deux minutes, je monte chercher un illustré acquis il y a quelques années au prix très cher de ma liberté et de ma vie !

Ce qui signifie en langage profane, qu’il a dérobé le portfolio à l’un de ces amateurs d’art fortuné que j’évoquais quelques instants auparavant. La canaille ! Il finira pendu haut et court ! Il revient très vite avec un joli illustré qui contient quelques-unes des œuvres les plus célèbres de notre illustrateur.

- Regarde, reprend-il en me montrant certains dessins. On dirait que tes héros posent pour la postérité, cela ne fait pas naturel.

J’observe les images qu’ils me montrent en me gardant bien de lui dire qu’il n’a pas tout à fait tort.

Illustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore

La nouvelle controverse de Breth et Harken à propos de Larry Elmore

- Et ce n’est pas tout, reprend-il après avoir attiré mon attention sur trois ou quatre œuvres. (Il me montre certaines réalisations avec ses dragons et me questionne à leur sujet). Ne remarques-tu rien ?

Je le dévisage d’un air narquois, redoutant qu’il me fasse une plaisanterie sur les dragons, puisqu’ils apparaissent sur chacune des œuvres qu’il me montre.

- Il aime les dragons, mais dois-te rappeler qu’ils ont fait sa postérité avec Dragonlance ?

- Sauf que ces dragons sont toujours dans la même posture… En embuscade derrière les aventuriers, avec des bras qui ressemblent trop à ceux d’un humain en cotte de mailles moulantes si tu veux mon avis !

Illustration de Larry ElmoreIllustration de Larry ElmoreIllustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore

Il est dans l’excès… Des dragons avec des bras d’humains en cotte de mailles, n’importe quoi… Bon, les dragons en retrait derrière les aventuriers, en embuscade, prêts à surgir, il n’a pas tort, mais ce sont des œuvres parmi d’autres. Je l’arrête sur une autre illustration où le dragon est en train de livrer combat à des aventuriers.

- Tiens, là regarde, ton dragon n’est pas embuscade !

Illustration de Larry Elmore

Illustration de Larry Elmore

Je reverse un peu d’hydromel à mon compagnon, et cela suffit à lui arracher un sourire et un consentement.

- Allez va ! A Larry qui a bien mérité sa chronique sur notre blog !

Je lui rends son sourire et trinque avec entrain.

- A Tanis, Raistlin et Caramon qui doivent sillonner le Royaume à l’heure où je te parle, en quête de nouvelles aventures ! Et que Sturm repose en paix au Wahlala des guerriers morts au combat !

Illustration de Larry Elmore : "la mort de Sturm"

Illustration de Larry Elmore : "la mort de Sturm"

Je publierai prochainement d’autres illustrations de Larry Elmore ainsi que sa biographie et d’autres détails intéressants sur son œuvre… Mais sans Harken cette fois… mdr…

Illustration de Larry Elmore : "waiting for shadamehr"

Illustration de Larry Elmore : "waiting for shadamehr"

Dessin de Larry Elmore

Dessin de Larry Elmore

Dessin de Larry Elmore

Dessin de Larry Elmore

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Un beau partage merci vendredi je rentre à l'hosto pour une opération de ma main droite 2 doigts à faire je suis en pause vendredi jusqu'à lundi je met en ligne vos participation et repondrais au coms bonne soirée bisous
Répondre
B
Bon courage pour ton hospitalisation Evy, et merci pour ton partage. Bisous à toi.