Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une compagnie de choc

Une compagnie de choc

Vingtième chapitre de nos aventures, et je m’aperçois que je suis de plus en plus absent des péripéties qui touchent mon cher ami Breth… Faut que je m’implique plus qu’il me dit, sauf que moi, j’ai des contrats à honorer, des bourses à délester, des coffres à vider, bref, je bosse, moi, môsieur ! Je ne passe pas mes journées à taquiner la harpe sur l’estrade, ou le luth dans un fauteuil douillet entouré de jeunes donzelles en pamoison ! Parfois, c’est vrai qu’il noircit du parchemin, ça oui, j’aurais dû investir dans une fabrique à palimpsestes, rien qu’avec lui, j’aurais fait fortune. En plus il a fallu que cette histoire de malédiction lui tombe dessus. Enfin quelque chose d’extraordinaire le touche personnellement, bon d’accord, c’est une succube, plutôt du genre mauvais-œil, mais il a évidemment sauté sur l’occasion pour vous la narrer en long, en large et en travers. Et nous voilà donc au vingtième épisode de sa malédiction, qui, si elle n’avait touché son orgueil de male, sa virilité si vous préférez, ne l’aurait pas outre mesure dérangé. C’est vrai quoi, il recherche la célébrité et la gloire depuis que je le connais, et le voilà honoré sur ses deux points ! Pour une fois qu’il ne récolte pas qu’une volée de tomates à la fin d’une prestation, ou une porte qui claque après avoir présenté son ambitieux projet d’écriture (la trilogie de l’Eugord pour ne pas le nommer), il trouve le moyen de se plaindre !

Bon voilà mon intro terminé, ça m’inspire toujours de commencer par cracher mon venin, mais au fond, vous l’aurez compris, je l’aime bien, mon Breth, je suis un peu son ange gardien… Je vois dans votre œil torve que vous doutez de mes propos ! Je vais vous prouver que je suis bien son ange gardien en vous contant à ma manière la suite de nos aventures. Car je redeviens dès cet instant l’acteur principal de nos chroniques… Enfin, je veux dire que je partage à nouveau le haut de l’affiche avec Breth, dans sa lutte contre Kora Sahn.

Vous l’aviez quitté après qu’il ait engagé ce Goliath Poigne-gay, figurez-vous que ce spécimen n’est pas le seul de la troupe qu’il a engagé pour livrer combat à notre succube ! Je les ai retrouvés attablés à l’auberge de la fesse heureuse, dans une alcôve privée, en train d’établir leur plan d’attaque… Et là, je me suis pris une baffe devant cette compagnie hétéroclite, digne de figurer au casting du donjon de Naheulbeuk. Par qui commencer ?

- Salut, c’est toi le petit dernier de la bande ?

C’est un homme tonsuré, en robe de bure, qui se lève pour m’accueillir et me tendre la main, c’est le premier à m’adresser la parole, c’est par lui donc que je vais commencer.

- Je suis frère Buck depuis que je suis entré dans les ordres, mais mon prénom est Star, parce que mes parents voulaient faire de moi un maître chansonnier reconnu dans tout le Royaume. Mais bon, dans les ordres, c’est bien aussi, mon talent pour le chant a trouvé un terrain propice à son éclosion et sa reconnaissance. Je suis reconnu dans les ordres et j’ai une petite notoriété, j’ai joué avec le barde Bru Casse-voix, et j’ai aussi dirigé la chorale des petits chanteurs…

Par les dieux, il me saoule, il arrête quand ? Et il n’a pas lâché ma main, je ne peux même pas me détourner et saluer un autre illustre héro. C’est Breth qui finit par abréger les présentations et du même coup mettre fin à mon supplice.

- Mes amis, je vous présente Harken, le plus illustre des voleurs, ses talents nous seront bien utiles pour déjouer les pièges du repaire de Kora Sahn.

- Sauf que je ne t’ai pas assuré que je me joindrais à vous. Je me suis engagé sur d’autres affaires de la plus haute importance, je vais être très pris les jours qui viennent.

Sa compagnie n’est pas des plus engageante, je préfère montrer patte blanche. Un prêtre comme compagnon, j’ai déjà vu mieux, et le second n’est pas plus engageant pour moi. Il porte un petit heaume à corne, une cotte de mailles surmontée d’un plastron doré, des gantelets devant lui pour mieux jouer avec la anse de sa tasse, et je vois à son air austère, qu’il a tiqué lorsque Breth m’a présenté. Je devine ce qu’il est, à son regard froid, sa longue épée bâtarde qui pend à son côté et son médaillon religieux bien en vue sur son poitrail. Il est propre sur lui, rasé de près, beau garçon, et lorsqu’il se lève pour me saluer, qu’il ôte son heaume, je le vois secouer une tignasse blonde qui attire aussitôt les regards concupiscents de la femme en face de lui (je vais y venir) mais aussi de son voisin, un type trapu, taillé dans le roc, au sourire édenté.

Une compagnie de choc

- Harken, je te présente Ambroise Dure-Foi !

- Paladin de l’ordre et de la justice, dit-il en me tendant la main.

Il y a encore des types qui s’appellent Ambroise ? Et Dure-Foi en plus, tout un programme… L’archétype du type intelligent, beau, costaud, qui a de l’allure, désormais, je l’associerai au blond… Et d’autres plus tard en me lisant reprendront sûrement cette idée de blond pour désigner le type à qui tout réussit… Le type qui a vu une floppée de fées se pencher sur son berceau. Il me serre la main (vache, la poigne) m’attire à lui avec autorité et me glisse à l’oreille d’une voix dure et menaçante.

- Que je te vois pas dérober une bourse sous mes yeux ou il t’en cuira !

Il ne m’en faut pas plus pour passer une main furtive à sa ceinture et le délester de sa petite aumônière. Moi, faut pas me titiller, et encore moins me menacer ! La bourse passe rapidement de ma main à la poche toute proche de Breth qui continue les présentations.

- Et lui, c’est Goliath Poigne-gay, dit-il en me désignant le trapu taillé dans le roc au sourire édenté.

Il a un œil au beurre noir et un autre qui me semble maquillé afin de ne pas dépareiller. Mais surtout, surtout, ce qu’il a, c’est un sourire enjôleur qui me ferait presque croire qu’il veut me mettre dans son lit. Enfin, moi, ce genre de sourire, je le réserve aux pucelles qui me tournent autour… Et il a regardé le blond avec ce même sourire lorsqu’il s’est décoiffé. Il me serre la main à son tour. Lui aussi a une sacrée poigne, dommage qu’il finisse son salut en plaçant son autre main sur la mienne. C’est certes chaleureux mais rajoute au trouble que le bonhomme inspire, et casse son image fugace de dur à cuir.

Breth retourne s’asseoir sans s’apercevoir de l’aumônière qui dépasse de sa poche. Mais de toutes façons, notre paladin ne s’est aperçu de rien. Tout blond qu’il est, il n’est pas aussi malin qu’il croit, en tous cas, moins malin que votre serviteur…

- Et moi, on me présente pas ? Je pue du bec peut-être ?

L’être mécontent possède une voix rauque et aigre qui dénote avec sa carrure massive, sa barbe épaisse, sa cote de mailles triple épaisseur et ses 131 centimètres. C’est un nain, et de la pire espèce, un nain jaune… De ceux qui ont bouffé trop de tripes et déclenchent des hépatites ! Breth s’empresse de se relever et de me présenter le personnage.

- Harken, je te présente…

- Laisse ducon, je vais le faire moi-même ! Le coupe le nain en claquant son énorme hache sur la table. Je m’appelle Gizmo Mangefoie, parce que je bouffe le foie de mes victimes (j’ai du mal à ne pas sourire en faisant le rapprochement avec sa race et son teint cireux). Me suis d’ailleurs engagé parce que j’ai jamais bouffé de foie de succube et qu’il paraît que ça peut vous faire pousser des ailes !

- Ou des cornes, complétai-je d’un air perfide.

Le nain me lance un regard interrogateur, le sourcil broussailleux redressé comment un accent circonflexe.

- Et j’ajouterai, intervient Breth avant que le dialogue ne s’envenime. Que la seule promesse de dévorer le foie de la succube n’a pas suffi à vous convaincre de rejoindre nos rangs. J’ai dû y ajouter quelques espèces sonnantes et trébuchantes !

- Heureusement encore, se défend Gizmo d’un air mauvais. C’est pas avec les bras cassés qui t’entourent que tu vas l’occire ta succube, je parle pas pour toi, paladin, si tu manies aussi bien l’épée que tu te décasques, elle va pas faire long feu la femme chauve-souris ! Mais l’autre édenté et le moinillon, je vois pas trop ce qu’ils font là. Je parle même pas de la sorcière, si seulement, elle était mignonne, je dis pas, mais c’est un laideron !

La remarque du nain suffit à déclencher une bronca de protestations et de mécontentements. Lui il sourit, fier de son petit effet. Poigne-gay se lève et le menace d’un poing aussi gros que sa bouille de nabot, alors que le moinillon se défend en arguant que ses chants donnent du courage.

- Du courage, j’en manque pas, t’es juste bon à encadrer une compagnie de couards ! Lui rétorque Gizmo.

- Le laideron ? Quelle laideron ? C’est de moi qu’il parle le nabot ? Suis pas sorcière, suis thaumaturge ! Quel ignare ce petit con !

La femme qui a mal pris la remarque (mais comment aurait-elle bien pu la prendre ?) est une femme dont je serais bien incapable de donner un âge… Trente, quarante, cinquante, soixante-dix ans ? Toute éventualité est plausible. Le corps, oui, la trentaine, ça peut le faire. Elle porte de toutes façons une grosse robe en velours côtelée pourpre et mauve, avec des liserés argentés qui font disparaître toute forme et toute féminité. A-t-elle une forte poitrine ? Difficile à dire ? Ennuyeux pour un homme comme moi, qui aime séduire tout ce qui lui tombe sous la main… Le visage, je dirais la quarantaine… Des traits singuliers, des rides affirmés, surtout sur le front qu’elle a probablement trop plissé, et un nez un brin crochu qui lui donne quand même un petit air de sorcière (il a raison le nain). Les cheveux sont gris et longs, presque négligés (quand les femmes commencent-elles à grisailler du cheveux ? La cinquantaine, non ?), mais c’est quand elle se lève pour le menacer de son bâton que je me dis qu’elle peut aussi bien avoir 70 ans, car elle est quand même très voutée, et ses chevilles apparentes (elle est pieds nus) sont vraiment osseuses, presque squelettiques.

Breth s’échine quelques instants à rétablir le calme puis achève ses présentations.

- Harken, je te présente l’enchanteresse du groupe…

- Thaumaturge, corrige-telle d’un petit air pincé. Je soigne principalement.

- C’est ce que je disais, reprend le nain. Elle va nous servir à rien ! Moi, j’ai jamais été blessé. Les coups, je les donne, j’évite de les recevoir, c’est un peu le principe du combat. L’autre est bon avec les couards, et elle, elle est bonne avec les tâches qui se font taper dessus ! Paladin, crois-moi, on est mal embarqué !

- Si tu es aussi fort avec ta hache qu’avec ta langue, c’est vrai qu’on ne craint rien, lui rétorque Poigne-gay.

- Oh là, notre gay luron a le verbe facile, attention, encore une pique et il nous sort son pieu que j’imagine bien raide, si bien entouré de valeureux bougres !

- Il suffit ! On vous entend de l’autre bout de la salle !

Cette voix, qui n’est ni la mienne, ni celle de Breth… Encore moins celle de Poigne-gay, du moinillon, du blond ou de la sorcière (qui n’a pas encore décliné son identité)… Cette voix est une voix féminine… Une voix sensuelle, une voix qui en impose tellement que tous se taisent sous sa seule injonction !

- Mes amis je vous présente notre dernière recrue !

Tous ont les yeux qui leur sortent de la tête, la langue qui pend et les mains qui tremblent… Enfin non, je caricature, pas tous… Pas notre sorcière, ni notre Poigne-gay qui a au moins ce talent de résister au charme féminin… Car, moi, quand je finis par me retourner, intrigué par cette voix et cette apparition qui a subjugué mes petits camarades, je fais comme les autres, mon regard s’arrondit sous l’effet secondaire de la contemplation, ma bouche devient sèche, ma salive affluant soudainement à la commissure de mes lèvres, mon pouls s’accélère… Je tombe immédiatement amoureux… Et c’est pour décrire ce coup de foudre que Breth m’a donné la responsabilité de ce billet… Il savait le bougre qu’avec une telle compagnonne dans la troupe, j’allais le suivre en enfer…

Mais qui est-elle ? Quel est son nom ? Son talent ? Que fait elle avec un moinillon chanteur, un nain irascible, un  paladin blond, un gay luron, une sorcière et un barde maudit ?

Dessin de Adrian Smith

Dessin de Adrian Smith

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Merci pour ce partage une bonne journée bisous
Répondre
B
Merci Evy de ton passage et de ce partage... Bon été à toi...