Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que vaut the witcher ?

Que vaut the witcher ?

Nous sortons de la loge de Magie de Kos (affiliée j’imagine à celle du monde de « The witcher »), et venons d’assister à la sortie mondiale de la saison 1 de « The witcher » ! Le maître de la loge est un ami personnel, une relation quelque peu intéressée, j’en conviens, car par le pouvoir de sa magie, (à moins que ce ne soit un simple abonnement à une plateforme ???), il nous a permis, à Harken et moi-même, de visionner les premiers épisodes de cette toute nouvelle série ! Nous nous dirigeons vers la première taverne pour en débattre comme il se doit, mais Harken perçoit tout de suite mon air maussade, et me le fait vertement remarquer.

 

- Quoi ? Pourquoi tires-tu cette trogne patibulaire ? Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu fais partie des privilégiés qui ont pu voir la toute nouvelle série de Netflix, et on te croirait sortie d’une cérémonie funéraire.

 

- C’est que je viens d’enterrer mes espoirs de voir naître une grande et novatrice série de fantasy ! Rien de bon ne se passe les jours précédant une équinoxe, j’aurais dû me douter que la sortie de « the witcher », l’avant-veille de l’équinoxe d’automne, ne pouvait accoucher que d’un pale navet !

 

- Quoi ?

 

Harken, qui marche tranquillement à mes côtés, la main baladeuse, décrochant toutes les bourses qui passent à deux doigts de ses dix doigts, s’étrangle de surprise.

 

- Ne me dis pas que tu as été déçu par la série fantasy ?

 

- Et bien si, j’ose le dire, au risque de casser le joli consensus promotionnel autour de l’adaptation de l’œuvre de Sapkowski, « the witcher » n’est pas bon ! Et le pire, c’est qu’il souffre de tant de défauts qu’il va m’inspirer une chronique assassine. Son principal crime, ou plutôt celui de tous les argentiers qui rôdent dans ce milieu, aura été à mes yeux d’avoir osé nous le présenter comme le nouveau « game of thrones » ! Quelle arrogance ! Quelle impudence ! Quelle outrecuidance ! Oser comparer l’œuvre magistrale de Martin à celle de « The witcher », non mais j’hallucine ! Le bataillon des gueules inoubliables, au panthéon de la fantasy dans GOT : Le limier, Daenarys, la Vipère de Dorne, Jon Snow, Ed Stark, Sansa, Jaime, Ramsey… Héros ou vilains… Ils peuvent tous dormir sur leurs deux oreilles, ils ne sont pas là d’être dérangés par les acteurs de cette nouvelle série… Fades à en mourir !

 

- Stop ! Non mais c’est quoi cette attaque en règle ? Pourquoi tout de suite verser dans l’excès et la démesure ? Tu te décrédibilises d’entrée, mon cher Breth ! Il fallait me dire que ton billet était une comparaison entre « The witcher » et « game of thrones », et j’aurais sûrement et évidemment rejoint ton avis ! Il n’y a pour l’heure aucune comparaison possible entre les deux univers ! Que ce soit le casting que tu attaques avec hargne, mais aussi les mondes dans lesquels ils évoluent et bien sûr les histoires et les destins que les personnages vont devoir traverser et affronter.

 

- Ah mais parlons-en des destins, justement ! Nous allons suivre, on le comprend dès le premier épisode, le destin de trois personnages assez proches de la caricature ! Une princesse déchue, obligée de fuir après la mort de sa grand-mère, une adolescente bossue et rejetée qui va devenir magicienne, et bien sûr, notre sorceleur ! Sauf qu’il y a erreur de casting sur toute la ligne ! La princesse trop gnangnan va se coltiner la dureté de la vie réelle (cliché) la bossue mal fagotée, évidemment va être manipulée mais vous verrez on finira par la trouver jolie (cliché), quant à notre sorceleur, il est le cliché du héros solitaire, sombre, renfermé, violent si on le cherche, mais tiraillé et qui a un fond gentil bien sûr…

 

- Tu ne vas quand même pas soutenir que Henry Cavill est mauvais dans le rôle ? Ta mauvaise foi ne va tout de même pas aller jusque-là ?

 

- Non parce qu’il peut encore gagner en profondeur et en justesse. L’honnêteté me pousse à dire à cet instant que je n’ai vu que les deux premiers épisodes, que j’ai été tellement déçu que je n’ai pas eu envie de regarder les suivants. Alors je me dis qu’il peut progresser…

 

- Comme le reste de la série ! Pourquoi ne lui laisses-tu pas le temps de s’installer ? Aux personnages de gagner en profondeur ? Au scénario de révéler ses subtilités ?

 

Je souris car Harken me tend une perche sans le savoir. En effet, ce que je n’ai pas aimé justement, c’est que les auteurs de la série ne lui laissent pas le temps de s’installer.

 

- Mais justement, c’est mon principal reproche, et je vais essayer de ne pas verser dans l’excès et te l’exposer calmement. L’épisode 1 aurait pu être très bon mais ne l’est pas à cause de ce problème. Je m’explique. On suit les pérégrinations du sorceleur mal accueilli dans un sombre village où il essaie de refourguer un monstre trucidé dans les premiers instants de la série. C’est une ouverture classique mais qui est intéressante et qui permet de poser un peu l’ambiance : la sale réputation des sorceleurs, l’existence d’un monde peuplé de monstres, des magiciens qui les rachètent pour faire des filtres ou autres… Tout ça, il faut le temps de l’installer, et ça démarre pas trop mal. Ca se gâte vite au premier tiers de l’épisode lorsqu’il rencontre un magicien dans sa tour et que ce dernier lui raconte toute une fable sur Lilith et ses 60 filles qu’il faut trucider si le monde ne veut pas être détruit… Il n’en reste plus qu’une figurez-vous et notre sorceleur vient de la rencontrer dans l’auberge, juste avant, et en plus elle est sympa, elle lui a payé un pot. L’autre lui demande de l’éliminer. Il n’a qu’à y aller lui-même… C’est quoi cette arnaque de scénario bâclé ? Pourquoi lui déballer tout l’historique comme ça ? C’est indigeste !

 

- Ca montre au contraire que le monde dans lequel vont évoluer nos personnages a un passé, une histoire, une culture, des peuples et des races aux mentalités différentes. Ce monde est riche et on le sent dès le premier épisode !

 

- Peut-être, mais pourquoi se précipiter à le montrer. Je me rappelle un conseil de Stéphan Marsan à qui j’avais adressé mon premier manuscrit. L’histoire est bonne, m’avait-il dit, mais le récit de ton monde et de son passé, des liens entre les royaumes, de leurs inimités, tu nous dit tout au départ, et on n’a plus vraiment envie d’aller plus loin. On se dit que tout est dit, tout est expliqué, il n’y a plus de mystère. C’est un peu ce que j’ai ressenti. Ca va trop vite, il y a de la précipitation à nous raconter ensuite le passé des elfes. Comme les images sont assez pauvres, les scénaristes en ont été réduits à placer dans la bouche des acteurs des monologues assommants…

Emma Appleton et Henry Cavill

Emma Appleton et Henry Cavill

- Tu reviens sur l’explication du magicien dans le premier épisode ? Me lance Harken en souriant, croyant sûrement qu’il s’agit là de mon seul grief.

 

- Et que dire dans l’épisode deux, des dialogues superficiels et creux, sur le passé des elfes ou la magie ? Les répliques sont placées juste pour évoquer certains éléments du passé des elfes ! Quant à la magie, il aurait été tellement plus subtil d’en montrer les effets, les dangers, la puissance ?

 

- Ah mais c’est justement très bien montré ! Lors du siège, on voit la puissance de la magie ! Le mage crée un bouclier magique et la porte est alors préservée. D’ailleurs, la présence de mages aux côtés des souverains est un gage de puissance et d’influence. La petite bossue va l’apprendre très vite dans son école de magie !

 

- Ah oui, la bataille, mon dieu, quelle pitrerie que cette façon de filmer les combats ! Deux épées qui se croisent, des clameurs, des figurants qui courent, une hache qui fend un guerrier comme une bûche, un hurlement, et stop, on coupe, on passe à l’agonie de la reine… La reine mourante, seule avec un conseiller mal casté, livre ses inquiétudes au mage devant sa petite-fille à peine attristée (dieu que c’est mal joué et mal filmé !), et hop, on repart pour 15 secondes de bataille haché, un assaut, des cris, du sang, la porte tombe, la ville brûle… Tout ça en 15 secondes montre en main… Et stop on coupe, on repart filmer la fuite de la princesse… Le vrai problème de la série est qu’elle est mal écrite. C’est haché, cliché, et pour les acteurs, finalement, je les plains d’avoir à évoluer dans des scènes si mal écrites.

 

- Mais la magie, tu t’écartes, tu ne peux nier qu’elle est bien présente, et justement bien filmée dans l’école ! Avec les différentes épreuves que la maîtresse des lieux impose à ses élèves, c’est pas mal tout de même ! En plus, l’école est dans un décor assez réussi. Gothique sombre, une architecture complexe, l’école est accrochée à un piton rocheux, et reliée à un autre par une sorte de passerelle, ça, ça a du te plaire.

 

- Le décor est assez bien en effet. Je reste nuancé car j’ai en tête les paysages extraordinaires de GOT (je vois Harken qui me lance un regard courroucé pour condamner à nouveau ma coupable comparaison avec notre série-culte, alors je m’empresse d’ajouter). Mais aussi pour une autre raison, c’est que l’intérieur de cette école est dénuée de charme. J’entends par là, dénué d’intérêt. Ce ne sont que des salles austères, des grottes humides et froides.

 

- Parce que les auteurs ont voulu montrer une magie austère et froide justement !

 

- Parce que les auteurs manquent d’imagination et d’originalité ! Parce qu’ils manquent de talent tout simplement ! Qu’ils ne possèdent pas la créativité suffisante pour faire foisonner de détails les décors dans lesquels évoluent les personnages. Il n’y a pas que l’école de magie. Le château attaqué, ses salles sont d’un ennui mortel, aucun mobilier, aucune tenture, aucune originalité. On n’est plus dans la fantasy, on est dans du médiéval !

 

- Tu n’es que fiel dis-moi ! Je ne te reconnais pas !

 

- Mon fiel est à la hauteur de ma déception ! Et plus j’y pense, moins je trouve de choses à sauver dans ce fiasco ! Tu ne vas pas me dire que l’apparition des elfes dans le second épisode ne t’a pas déçu ?

 

- Certes, ils font pale figure, mais c’est la vision originelle de l’auteur, tu ne peux pas en incomber la responsabilité aux auteurs de la série, cette fois !

 

- Mais le casting par les dieux ! Qui a dirigé le casting ? Qui nous a recruté tous ces comédiens ? Ils seraient peut-être bons (peut-être, j’ai des doutes) dans des séries comme Urgences, Derrick ou Starsky et Hutch… j’y pense parce que le mage Istredd (Royce Pierreson) m’a fait penser physiquement à Huggy les bons tuyaux… mdr… Mais là, ils sont imbuvables, décalés, pas à leur place (comprenez pas dans la bonne série). Qui peut me soutenir que les trois elfes de l’épisode 2  sont crédibles ? Qui peut me soutenir que le jeune magicien noir est crédible dans son rôle  (Royce Pierreson) ? Bon d’accord, il n’est pas aidé dans son personnage, à attendre sans rien faire, l’apparition de notre petite bossue dans une caverne humide…

 

- Myanna Buring dans le rôle de Tissaïa, la maîtresse de la Loge de magie, est excellente !

 

- Oui, c’est vrai, elle est parfaite. On sent toute l’ambiguïté à venir du personnage.

 

- Yennefer, la petite bossue, qu’en dis-tu ?

 

- J’en dis comme pour les autres qu’elle n’est pas vraiment à sa place, mais qu’elle n’est pas aidée par ses répliques et aussi ses costumes… Trop médiévaux à mon goût et pas assez fantasy… Mais pour en finir sur le casting, je vous propose de comparer les acteurs de la série avec les personnages du jeu « the witcher » auquel les fans s’adonnent déjà depuis des années (donc aucun lien entre les deux licences sinon le même créateur polonais).

 

Je vous mets en lien une petite galerie comparative qui permettra à nos lecteurs de se faire un avis eux-mêmes sur le sujet !

Que vaut the witcher ?

Nous déambulons encore un peu dans les rues pentues de Kos, ma cité (à lire dans « la trahison des alchimistes »… PUB… mdr), et savourons le silence qui suit notre petite joute verbale. Nous sommes dans l’excès, vous l’aurez compris (surtout moi d’ailleurs), et je m’en rends compte en ayant descendu ainsi cette nouvelle série. Je décide de m’en justifier.

 

- J’espère que tu comprends quand même mes excès, Harken. Qui aime bien châtie bien. J’adore la fantasy, ce genre a trop longtemps été relégué à un sous-genre, une sous-littérature, un cinéma aux pauvres effets. Et puis, il y a eu GOT, le genre a été porté au pinacle, à juste titre, je ne veux pas que ce crédit soit perdu avec « the witcher ». Les gens vont être déçus…

 

- Arrête de comparer les deux séries ! C’est de la fantasy, c’est une série HBO, mais ça s’arrête là !

 

- Voilà, très bien résumé ! C’est une série HBO de fantasy, donc qui avait normalement les moyens financiers de faire mieux. Pauvreté des décors, des paysages, des dialogues ! Pauvreté !

 

- On croirait entendre le barde ? Se moque Harken. Il a dû te plaire le barde ?

 

- Un barde cliché et ringard au possible ! Comment as-tu pu penser qu’il me plaise ?

 

- Il est drôle ! Un peu d’humour, ça fait du bien. Ah tu n’aimes pas que l’on fasse preuve de dérision à l’égard des troubadours, c’est cela qui ne t’a pas plu ?

 

- C’est le seul personnage qui aligne quelques mots bien tournés, et qui parvient à nous arracher un petit sourire dans cette série qui se prend trop au sérieux, alors non, ce n’est pas ça qui m’a déplu.

 

- Alors quoi ?

 

- Mais sa musique, voyons, par les dieux, sa musique… Elle est insupportable ! Qui a eu l’idée de traduire dans notre langue des paroles aussi nulles ? Et on a droit à la fin, à la chanson en entier, mais il est pire qu’Assurancetourix ! De telles inepties, ça passe bien en anglais sur un autre orchestration, mais là, c’est pas possible.

 

Ma remarque déclenche un rire incontrôlable chez mon ami.

 

- C’est de l’humour, du second degré, finit-il par dire.

 

- Eh bien ça tombe à plat, moi j’ai plus l’impression que c’est un effet raté. D’ailleurs, en tant que barde, je dois dire que toute la bande son est à revoir ! Nous coller à tout bout de champ de la musique irlandaise pour essayer de nous imposer une ambiance de taverne, la seule pour les auteurs qui aient un accent de fantasy, j’imagine, c’est tout simplement insupportable. Et c’est un amateur de musique irlandaise qui vous le dit !

 

- Moi je crois que tu réagis comme ont pu réagir de nombreux fans du trône de fer à la vision de la première saison de GOT ! Tu es déboussolé, tu n’es pas encore dans son univers, il faut laisser le temps aux personnages et à l’intrigue de se développer. Je te propose de revenir ici terminer cette controverse lorsque nous aurons visionné l’ensemble de cette première saison.

 

Cette conclusion me plaît et m’arrache enfin un sourire.

 

- Excellente idée. En attendant, paie-moi un verre. Tous ces mots qui se sont échappés de mes lèvres les ont asséchées ! J’aurais grand besoin d’un peu d’hydromel pour les réhydrater !

La plus belle scène du premier épisode... Malgré la petite musique irlandaise au fond (là encore, ça dure 1.15, ça va... mais à tout bout de champ et pour toutes les situations, ça gave, c'est un peu répétitif...

Autre scène de baiser... Episode 2... Pas crédible pour deux sous à mon sens... Erreur de casting ? Mais il ne nous ont pas collé la petite musique... Pourquoi ? Parce que leur amour n'est pas sincère... Ah quand les ficelles sont grosses...

Que vaut the witcher ?
Que vaut the witcher ?
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article