Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le trône de fer, le jeu de plateau

Le trône de fer, le jeu de plateau

Une fois n’est pas coutume, je vais aujourd’hui vous parler d’un jeu… Un jeu de fantasy bien sûr… Un jeu de société, un vrai, à jouer avec de vrais gens qui se trouvent en face de vous et non à l’autre bout de la planète à travers un écran (même si je n’ai rien contre ces univers absconds). Il s’agit du trône de fer, le jeu de plateau, où l’on retrouve les règles et astuces des traditionnels jeux de gestion, de négociation et de batailles, adaptées à l’univers de notre série préférée.

- Accessoirement un livre, je te rappelle… toujours pas achevé au passage… Allo, mister Martin, faut vous réveiller ! Allo, vos corbeaux ont été interceptés ou quoi ? Il n’a plus d’encre le bonhomme ?

Je ne peux m’empêcher de sourire de cette vanne un peu facile car je partage l’opinion de mon compagnon. Je reprends néanmoins d’un voix forte et posée.

- Mais ici, c’est du jeu qu’il s’agit, et c’est, disons-le tout de go, une belle surprise et une belle inspiration du père Noël que de l’avoir déposé au pied de notre sapin, vu que je ne l’avais même pas inscrit sur ma liste…

- Bon, ne recommence pas avec tes fariboles, me coupe Harken. Ce sont là des digressions inutiles qui vont faire fuir le chaland, passons aux choses sérieuses.

Je soupire en reconnaissant qu’il n’a peut-être pas tort. Combien de lecteurs ai-je perdu entre ma première ligne et celles qui vont marquer le début de ma chronique ?

Editeur Christian T. Petersen

Editeur Christian T. Petersen

- Très bien ! Commençons par une petite description de ce que l’on va trouver dans la boîte ! Incontournable bien sûr, la carte ! Ici c’est le monde Westeros qui va nous servir de plateau de jeu, suffisamment étendu de toute façon pour une série de parties variées. La carte est magnifique et fidèle au monde d’origine, avec un découpage par région qui respecte les territoires possédés par les seigneurs de Westeros. Evidemment, on y retrouve les 6 grandes familles qui se disputent le trône de fer : les Stark, les Greyjoy, les Lannister, les Baratheon (pour une partie à 4 !) auxquelles s’ajoutent les Tyrell et les Martel pour des parties à 5 ou 6 joueurs. Nous n’avons testé pour l’instant que les parties à 4, ce qui signifie que le sud est neutre, avec des régions défendues mais dont on connait à l’avance la force et la résistance. Point de surprise de ce côté-là, donc, ce qui a tendance à avantager, nous l’avons remarqué, les Barathéon !

Je vois mon Harken qui joue avec les pions et les fait rouler sur le plateau, ce qui a le don de m’énerver. Il ne m’écoute pas et va me poser des questions auxquelles j’aurais répondu un peu plus tôt… Classique.

- Ce ne sont pas des dés, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué ! Il n’y en a pas d’ailleurs dans ce jeu ! Ce sont des pions, et il nous seront utiles pour former les rangs de notre armée.

- Je les trouve assez grossiers, répond Harken. Ils auraient gagné à ressembler à de vrais chevaliers, de vrais engins de siège, de vrais navires, puisque ce sont là les différentes unités qu’il est possible de recruter.

- Pas faux, on distingue les différentes familles à leurs couleurs et les unités à leurs formes, la finition aurait gagné à plus de finesse et de détails, mais à quel prix, il y a tout de même 138 pions armées ? Si c’est pour payer un jeu plus cher un jeu qui vaut déjà 55 euros ! Non merci ! Surtout qu’il existe un autre jeu « trône de fer » à base de figurines, à chacun de voir ce qu’il veut et privilégie.

- Oh mais ne le prends pas mal, c’était juste une remarque ! Se radoucit-il.

J’attends qu’il poursuive malgré tout, proteste, râle ou argumente, mais il n’a visiblement rien à rajouter et m’adresse un petit signe de la main pour m’inviter à poursuivre.

- Le plateau devrait te plaire, en revanche…

- Oh oui, il est très beau, s’empresse-t-il de compléter sur un ton obséquieux qui frise la provocation tant il est caricatural.

Je préfère ne pas relever et enchaîner.

- Il est surtout bien fait, avec des pistes de jeu assez claires, et l’idée de posséder un petit écran en carton pour y dissimuler nos troupes, nos pions et nos cartes, est une bonne idée, reprise pour les connaisseurs, de l’excellent jeu Dune qui permettait déjà à chaque clan (Atreïdes, Harkonnen, Fremen…etc…) d’y placer en toute discrétion cartes et pions ! Mais je m’égare, comme d’habitude, revenons au trône de fer !

Le trône de fer, le jeu de plateau

- Je te ferais quand même remarquer que tu nous parles d’un jeu depuis cinq minutes sans nous avoir donné le but du jeu, je dis ça, je dis rien, mais moi, j’aurais commencé par ça !

- Pas nécessairement ! Il est bon de savoir quand même ce que contient le jeu ! Et puis, le but du jeu est si basique que ce n’est vraiment pas son point fort. La Maison qui contrôle le plus de zones contenant des châteaux à la fin de la partie l’emporte ! Mais si à un moment donné, un joueur parvient à contrôler 7 de ces zones, il gagne immédiatement !

- D’un autre côté, que le but du jeu soit simple n’est pas une mauvaise chose en soi !

- J’ajouterai, mon cher Harken, que le premier gros point fort de ce jeu, c’est la clarté de ses règles. Elles sont bien écrites, parfaitement lisibles et compréhensibles à la première lecture. Et ça c’est agréable, car au demeurant, il ne faut pas le cacher, le jeu est riche, très riche, plein de ressorts, de subtilités, et un livret bien présenté, sans être obligé de retourner lire un passage de la page précédente, c’est appréciable. La prise en main en est facilitée, même, si, je vous préviens, il y a beaucoup de choses à assimiler pour profiter pleinement du jeu.

- Comme quoi, vas-y, mets-nous l’eau à la bouche, ou devrais-je plutôt dire, l’hydromel au gosier ! J’ai jamais compris cette expression « l’eau à la bouche », on n’est pas des buveurs d’eau…  Et rassure-moi, tu ne vas pas nous faire le détail de toutes les règles tout de même !

- Non, trop compliqué, et personne n’irait au bout de la chronique. Je vais me contenter de quelques grandes idées, histoire de vous faire ressentir un peu l’ambiance du jeu.

La valeur des cartes s'ajoutent au total des armées.
La valeur des cartes s'ajoutent au total des armées.

La valeur des cartes s'ajoutent au total des armées.

- Tu m’as dit mon cher Breth, avant de commencer cette rubrique, que le trône de fer était un mélange de deux jeux que nous adorons ! Dune, tu en as déjà parlé, mais aussi Diplomacy... Je suis curieux de t’entendre sur ce sujet.

- Dune, parce que nous possédons ces petits paravents cartonnés pour chaque famille, mais aussi pour la résolution des combats. Il faut compter la valeur des unités engagées de part et d’autre (classique et simple), auquel s’ajoute la valeur et  le pouvoir d’un chef (un membre de votre famille bien sûr, dont les caractéristiques sont toutes différentes… Les Greyjoy sont de bons combattants, et en comparaison, les Stark n’ont pas de particularités savoureuses). Comme pour Dune, le gagnant, selon le héros engagé, peut infliger des pertes et empêcher ou contrarier la retraite. Ce subtil mélange de carte et de pions (donc une partie visible et une partie cachée du plan de bataille), rend les batailles toujours incertaines, surtout si on y ajoute les cartes de combat (optionnel, à voir si vous voulez rajouter un brin d’incertitude et de hasard). Enfin, il y a aussi l’intervention d’une tierce personne en cas d’égalité : le joueur qui possède la lame d’acier Valyrien !

- La lame d’acier Valyrien, c’est quoi ça ?

- C’est une lame magique, je ne t’apprends rien, qui est donnée au joueur qui a la position la plus forte sur la piste des fiefs. Cette piste est l’une des trois pistes d’influence du plateau, qui donne en certaines circonstances, un avantage au joueur qui en occupe la première place. Cette piste-là donne un avantage dans tous les combats, et permet d’intervenir et trancher les égalités, d’où la négociation possible et même encouragée, autour du plateau !

- Et ça je parie que c’est le côté diplomacy !

- Oui, car il y a des négociations, des pactes, des trahisons, comme dans diplomacy, mais également des ordres de soutiens possibles (en défense comme en attaque) entre familles différentes.

- Les Lannister soutenant les Stark est donc possible !

- Tout à fait. La comparaison avec le jeu diplomacy ne s’arrête pas aux seules négociations. Le système de jeu et de résolution des ordres est comparable. Je veux dire que chaque joueur choisit pour chaque région où il a des troupes des ordres qui sont « matérialisées » par de petits pions à disposer sur la région où se trouve son armée. Tous ces ordres sont données en même temps par chaque joueur lors de la phase de programmation. Cela se fait dans le plus grand secret (d’où l’intérêt de l’écran) grâce aux pions « ordres » (d’un côté, on a le symbole de la famille et de l’autre celui de l’ordre en question : attaque ou déplacement / Défense / Soutien / Raid / Consolidation du pouvoir). Sauf que le nombre de ces ordres est limité par le positionnement du joueur sur une autre piste, celle du corbeau messager. Le joueur détenant la première place sur cette piste peut même changer l’un de ses ordres une fois révélés les ordres de tous les joueurs (et avant leur résolution).

Les 3 symboles sont donnés aux joueurs qui dominent chacune des 3 pistes, ils fournissent des capacités spéciales utilisables à certains moments du jeu.
Les 3 symboles sont donnés aux joueurs qui dominent chacune des 3 pistes, ils fournissent des capacités spéciales utilisables à certains moments du jeu.

Les 3 symboles sont donnés aux joueurs qui dominent chacune des 3 pistes, ils fournissent des capacités spéciales utilisables à certains moments du jeu.

- Donc, si je comprends bien, on programme en simultané les ordres de chacune de nos troupes, et ensuite, on va résoudre chaque action en jouant chacun son tour une action !

- Exactement. Et il peut être stratégique à ce moment-là d’effectuer une action avant de subir les conséquences d’une autre action. Par exemple, un joueur a donné l’ordre de consolidation de pouvoir à une troupe (ce qui signifie qu’il va gagner un point de pouvoir, utile pour prendre position sur les différentes pistes), mais il voit qu’une autre armée dans une région contigüe a reçu l’ordre de se déplacer (et peut-être de l’attaquer… ??? Et c’est ce qu’il craint). Il joue avant lui, il décide de récolter son point de pouvoir avant de subir peut-être une défaite qui l’obligerait à abandonner la région et donc le point de pouvoir qu’il espérait récolter.

- Oui, je vois, intéressant et stratégique en effet. En plus, tu viens de faire allusion aux points de pouvoir qui permettent de prendre position sur les pistes. Il y a je suppose la piste du trône de fer. Comment ça se passe ?

Je l’ai ferré, il est excité par la perspective d’une partie. Je le sens à l’excitation qui perce dans sa voix et ses propos.

- Oui, il y a un système de vote qui fait que chaque famille vote pour soi à l’aide des pions pouvoir récupérés en cours de jeu sur certains territoires grâce à ces actions de consolidation de pouvoir. Ces votes se font lorsque certaines cartes apparaissent lors de la phase 1 du tour, appelée phase westeros. A cette phase, les sauvageons peuvent aussi apparaître, et toutes les familles participent (ou non ?) à l’envoi de troupes sur le mur. La valeur engagée dépend à nouveau des pions pouvoirs misés. Celui qui mise le plus en tire un avantage, celui qui mise le moins est pénalisé lourdement en cas de défaite (mais s’en sort bien si d’autres ont beaucoup misé 😉 et si les sauvageons sont malgré tout repoussés). Pour les repousser il faut que la valeur totale des points de pouvoir soit supérieure à la valeur d’invasion des sauvageons. C’est simple, amusant et très fidèle à l’esprit du trône de fer puisque toutes les familles sont concernées et doivent participer à la défense du Mur.

- Oui, ça m’a l’air vraiment bien.

- Ca l’est tu peux me croire, c’est très riche, très varié, nullement répétitif.

- Je dois t’avouer que je n’ai pas tout compris, mais ça me tenterait assez de faire une partie.

- Si ça peut te rassurer, j’ai fait trois parties pour l’instant et n’est pas encore saisi toutes les subtilités de ce jeu tant il est passionnant. Mais si vous souhaitez vous familiariser avec les règles, je vous conseille le tuto ci-dessous. Ici je n’avais la prétention de vous les expliquer trop en détail, juste de vous en donner un aperçu et peut-être l’envie d’investir pour de belles parties (qui dure quand même au minimum 4 heures il faut le savoir !).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article