Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lady Death

Lady Death

Bon j’avoue, avant que Harken ne se gausse de moi… Lady Death est avant tout une belle plastique… Une guerrière dont les courbes se prêtent bien aux coups de crayons, mieux en tous cas qu’aux coups d’épée, car si le dessinateur Steven Hughes a su croquer la guerrière albinos, ses ennemis, eux, n’ont pas su entailler sa belle plastique. Elle sait se sortir des pièges, et des duels avec une maestria virevoltante qui nous permet d’admirer sa science des armes tout autant que ses fesses peu couvertes… lol… C’est que le dessin, que ce soit une BD ou un Comics, attire le chaland et ensuite, si le scénario suit, ne le lâche plus. C’est un peu le cheminement que j’ai suivi et que je vous invite à suivre à votre tour.

Lady Death

Qui est Lady Death ?

Lady Death est un personnage de fiction crée par Brian Pulido et Steven Hughes pour la maison d'édition Eternity Comics en 1991 dans Evil Ernie #1. En 1993 Chaos! Comics publie une autre version. Cependant, de nos jours, les comics de Lady Death sont publiés par Avatar Press.

Lady Death a connu un historique de publication très chaotique, principalement à cause de problèmes de droits. En effet, des banqueroutes en cascade ont fait que le personnage est passé d'un éditeur à l'autre.

Néanmoins, le personnage de Lady Death étant très populaire, les story-arc ont toujours été menés à leur terme.

Lady Death a été dessinée par des artistes de renom tels que Steven Hughes, Jim Cheung Mike Deodato Jr., Ron Adrian et Ivan Reis. De plus, elle a été le sujet de nombreux illustrateurs comme Dorian Cleavenger, Gerald Brom, Joe Jusko et Julie Bell.

Si l’on trouve des références aux mythes et légendes dans bon nombre de comics américains, rares sont ceux pouvant être qualifiés totalement de fantasy. Un phénomène plus lié à la culture américaine qu’un manque d’inspiration par les mythes. Lady Death, série débutée en 1991, prend place dans la Suède médiévale, dans une histoire de démons. La série propose quelque chose de différents des grands classiques des comics avec son univers et son ambiance sombres. L’héroïne de la série est devenue assez vite très populaire, souvent dessinée par des illustrateurs connus tels que Steven Hughes, Jim Cheung Mike Deodato Jr., Ron Adrian et Ivan Reis. Elle a également inspiré de grands maîtres reconnus comme Dorian Cleavenger, Gerald Brom, Joe Jusko et Julie Bell.

Lady Death

Lady Death, ça raconte quoi ?

Celle que l’on nomme Lady Death se nommait autrefois Hope. Elle était une simple mortelle, fille de Mathias qui recrutait des hommes pour l’armée en vue d’une croisade. Mathias veillait à sa réputation et aux apparences et était très apprécié par l’Eglise pour son travail et sa vie pieuse. D’autant qu’il était marié avec une femme réputée pour sa pureté d’âme. Mais cela n’était que façade, car en secret Mathias pratiquait la magie noire, faisant même partie des descendants des anges déchus dont Lucifer avait été le meneur.

Hope grandit dans ce milieu, mais alors qu’elle était adolescente sa mère mourut. Quelques temps plus tard, la population finit par se révolter contre Mathias, qui invoqua un démon pour s’échapper. Il laissa Hope à la merci des rebelles et elle fut inculpée pour sorcellerie. Sur le bûcher, elle utilisa dans un dernier espoir une incantation que lui avait enseigné son père. Un démon apparut et elle passa un marché avec lui : abandonner son humanité et servir Lucifer en échange d’échapper à son sort. Hope accepta et se retrouva dans les Enfers. Une guerre s’y préparait opposant Lucifer à un sorcier qui se révéla être Mathias… C’est bon, vous me suivez, vous n’avez pas décroché ?

Devenue maléfique, Hope prit alors le nom de Lady Death, ajoutez à son charme maléfique une maîtrise de la magie et une épée destructrice buveuse de sang, et vous avez une héroïne hors catégorie et hors norme. Son destin doit alors l’amener à rétablir l’ordre dans les Enfers et en devenir la maîtresse… Pour parvenir à ses fins elle mène une rébellion contre les Seigneurs de l’Enfer. Lors de la bataille finale, Lucifer la condamna à ne plus jamais retourner sur terre tant qu’il y aurait des alliés de Lucifer en enfer. Elle jura alors d’exterminer tous les alliés du seigneur des mensonges afin de briser la malédiction de Lucifer.

Elle mit fin au contrôle de Lucifer en l’amenant vers la ‘Heaven’s Gate’ (un endroit où le diable ne peut aller), et elle devint ainsi Maîtresse de l’Enfer. Les habitants des enfers voyaient en l’ascension de Lady Death le début de l’ère du jugement – la bataille finale entre le bien et le mal pour le destin de la Terre.

La série a connu beaucoup de problèmes liés à des changements d’éditeurs, mais les cycles ont toujours été achevés. Ainsi on trouve des publications chez trois éditeurs principaux.

Lady Death

Historique de la publication et évolution du personnage

À l’origine, Lady Death était publié par Chaos! Comics et reste le meilleur exemple des titres de ‘bad-girl’ sortis au début des années 90. Les premiers numéros de Lady Death étaient écrits par Brian Pulido et dessinés par Steven Hughes. À ses débuts, Lady Death était un anti-héros à l’attitude excessivement violente, mais l’aspect controversé du caractère s’est atténué au fil des histoires.

Dès le départ, le titre était populaire et se vendait très bien. Dans une récente interview, Pulido révéla que le point culminant des ventes était en août 1995 ; Chaos! Comics fit un bénéfice de 980 000$ sur la vente de comics et produits dérivés de Lady Death. Cependant, les ventes commencèrent à décliner fin 90 à cause de changements économiques dans l’industrie du comics. Chaos! Comics se retrouva dans de sérieux problèmes financiers mi-2001.

En août 2002, Chaos! Comics déposa le bilan et les droits de Lady Death furent vendus à CrossGen Entertainment. Brian Pulido continua son travail sur Lady Death » pour CrossGen, et créa une nouvelle série appelée « Medieval Lady Death sortie en 2003. Cette nouvelle version de Lady Death était destinée à un plus large public.

Bien que les ventes de « Medieval Lady Death » aient été très correctes, CrossGen commença aussi à accuser des difficultés financières et la compagnie déposa le bilan en 2004. Les droits de Lady Death furent vendus à Avatar Press.

En 2004 est sorti un film d’animation basé sur la Lady Death des origines. Produit par ADV Films, ce long métrage n’a reçu qu’un accueil mitigé et ne fut pas un succès commercial.

En juillet 2005, Avatar Press dévoila une nouvelle version de Lady Death.

Bonne découverte à vous de ce personnage plus compliqué qu’il n’y parait au premier regard.

Lady Death

Une petite vidéo, ça vous tente ?

Bon je vous préviens, j’ai cherché un petit clip pour essayer d’illustrer mon dossier et n’ai trouvé que celui-ci, dont le dessin ne vaut pas celui des Comics, mais, si vous êtes curieux et avez quelques minutes à perdre, vous relèverez le gros plagiat sur la musique… Retrouverez-vous ce chef d’œuvre musical qui accompagne d’ailleurs un chef d’œuvre tout court ? La réponse sous le clip…

Réponse à mon énigme. Le chef d’œuvre en question était la musique de Hans Zimmer et le film, le chef d’œuvre de Ridley Scott… Gladiator

Lady Death
Lady Death
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article