Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Warcraft

Warcraft

C’est un peu intimidé que je repousse la porte de la « fesse heureuse », mon auberge fétiche, mais délaissée depuis si longtemps. La salle est bondée, comme au bon vieux temps, baignée de vapeurs enivrantes, mélange de tabac, d’alcool, et de bons petits plats. D’ailleurs, ma première vision est pour ma serveuse préférée, Weenara, qui se faufile entre les tables, maintenant à bout de bras un bon ragout de mouton dans son océan de fayots. Sa surprise s’accompagne d’un sourire qui me va droit au cœur. Elle ne m’a pas oublié, elle m’aime toujours, je suis heureux. Elle me désigne du menton notre table fétiche où je devine déjà la présence de mon complice Harken, face à une bonne bouteille, entourée de donzelles.

Je la gratifie d’un sourire et me faufile jusqu’à notre table où mon compagnon m’attend. Je l’ai fait prévenir de mon retour, et c’est sûrement la raison où ma chaise est inoccupée. Nous nous tombons dans les bras, deux mois et demi que nous ne nous sommes pas vus.

- Je suis venu te présenter ma dernière chronique sur Warcraft !

Ses yeux s’arrondissent de surprise.

 - Deux mois et demi de silence, et tu reviens avec une critique d’un film de 2016, tu ne te foutrais pas un petit peu de nous, mon petit Breth !

- Euh merci de cet accueil chaleureux, pas même un petit « content de te revoir parmi nous, comment vas-tu ? », tu démarres fort.

- Disons que tu nous plaques pendant presque dix semaines, tu nous abandonnes dans l’épreuve sans donner de nouvelles, et tu voudrais qu’on te tisse des louanges sur un film qui sent la naphtaline, et pas un chef d’œuvre en plus !

- Pour ce qui est du chef d’œuvre, je vais y revenir, ça peut se discuter, d’où cette chronique, et pour les neuf semaines et demi d’absences, que veux-tu que je te dise, le trou noir, la traversée du désert, pas même l’absence d’inspiration ou l’angoisse de la page blanche, juste le « pas envie », « pas le courage », comme une baisse de tension à l’étage « création ».

Harken me fixe avec intensité et me prend d’un coup par les épaules en s’esclaffant.

- Oh mais ça ressemblerait pas à un petit coup de mou, ça dis-moi, t’inquiètes, ça arrive à tout le monde, même aux plus grands, enfin pas à tous non plus, moi ça va ! Allez assieds-toi, bois un coup, ça va aller mieux. Il me sert un flacon d’hydromel et en recommande un aussitôt dans la foulée. De toute façon, je sais pas trop ce qui se trame en ville ces derniers temps, mais tout le monde tire la tronche, pire, ils portent des masques et rentrent se coucher avant la tombée de la nuit, pas cool du tout pour la rapine et les affaires nocturnes, la maréchaussée veille… Tu vois, les temps sont durs pour tout le monde, allez viens boire un coup et raconte-moi ce que tu as à dire sur ce « warcraft ».

Nos timbales s’entrechoquent comme au bon vieux temps, nos regards se croisent et réveillent une amitié ancienne, mais enfouie, ravivée par le goût de l’alcool sur mon palais. Nous ne sommes pas des amis de comptoirs, ceux qui ont lu « la malédiction de la succube » (paru sur Amazon), savent que nous avons traversé bien des épreuves, connu bien des aventures, mais n’empêche, un coin de table, une bonne bouteille, une ambiance chaleureuse, rien de tel pour réveiller les amitiés endormies.

- Je ne reviens pas avec une critique de « warcraft » qui sentirait pour le moins le réchauffé, mais avec un petit cadeau pour ceux, comme moi, qui avaient aimé le film. Il s’agit de scènes coupées, quinze minutes de bonus pour replonger dans le monde de warcraft, faire découvrir les orcs, vraiment superbes, à ceux qui ne connaissent pas cet univers, les décors, les costumes, l’ambiance, quoi !

- Ouais, mais c’était quand même pas le film de la décennie, ni même de l’année.

Je ne peux pas lui concéder ce point avec virulence, car ce n’est pas un chef d’œuvre, mais c’est un film injustement décrié à sa sortie, et j’aime prendre la défense de ces films qui auraient mérité tellement mieux. Et puis, je suis Breth, il est Harken, ce sont nos controverses.

- N’empêche, tu dis cela et tu te ranges du côté des rageux, mais depuis sa sortie, je n’ai pas revu sur grand écran de bons films de fantasy. A mon sens, c’est le dernier à nous en mettre plein la vue. Duncan Jones, le réalisateur (et fils d’un certain David Bowie), a adapté la licence du célèbre jeu avec brio à mon sens, mais n’étant pas adepte du game, je n’avais peut-être pas les références, et les fans l’ont boudé. Beaucoup sont revenus sur ce jugement sévère et réclament aujourd’hui une suite, mais universal a enterré le projet et laisse ce petit cadeau aux fans : 14 minutes de scènes soupées, pas toujours terminées d’ailleurs. Pourquoi bouder son plaisir ?

- Bon okay, sors-moi ton palentir à images, concède Harken, et regardons cela ensemble en trinquant à ton retour.

Je sors ma boule de cristal (tout droit sortie de « la trahison des alchimistes », mon premier roman… La suite avant l’été), et psalmodie le seul sort que je connaisse : « luminus cinématics, animatores magicus ! »… et voilà que naissent dans mon palentir les images animées de « world of warcraft »… La magie opère, on voit les orcs palabrer, puis Lothar et Khagdar discuter en plein conseil militaire de la stratégie à adopter… Oui, la magie opère, ah qu’il serait merveilleux de pouvoir visionner ces images magnifiques sur grand écran, dans des salles obscures.

L'extraordinaire Travis Fimmel et la non moins extraordinaire Paula Patton.

L'extraordinaire Travis Fimmel et la non moins extraordinaire Paula Patton.

Quatorze minutes plus tard, Harken se reverse un peu d’hydromel et se range à mon avis.

- Ce film méritait mieux, concède-t-il.

- Oui, et c’est l’occasion de revoir le fabuleux Travis Fimmel (Lothar), révélé dans la non moins fabuleuse série « Vikings ».

- Et la petite Garauma, elle a beau avoir la peau verte et des incisives proéminentes, elle a un côté sauvage et sensuel qui me plaît bien.

- Oui Paula Patton, elle a joué aux côtés de Denzel Washington dans « déjà vu » et de Tom Cruise dans « Mission impossible, protocole phantom ».

Harken opine du chef, le regard perdu dans l’assemblée, et en particulier sur les fesses de Weenara qui tente toujours de se frayer un passage entre les clients. Je connais ce regard, il s’imagine dans les bras de Garauma, ou pire, dans ceux de Weenara. J’attire alors son attention en lui remplissant son godet. Ca ne manque pas, il se retourne vers moi, me remercie et me demande même de lui en montrer un peu plus. Je vide ma timbale et relance mon sort. Cette fois, je me concentre sur la superbe cinématique « une vie, un destin : Saurcroc »… et là, c’est 23 minutes tirées de la cinématique du jeu que je vous propose, et on en prend plein les yeux.

A la fin, je retrouve mon Harken passablement impressionné, tellement impressionné d’ailleurs que je lui laisse le mot de la fin :

- C’est vrai, j’avoue, ça déchire, une licence pareille mériterait une trilogie au cinéma. Je me demande pourquoi une telle saga n’a pas encore sa série… Autant de personnages hauts en couleurs, de batailles, de lieux, de décors heroics, de trahisons, qu’attendent-ils donc ?

Oui qu’attendent-ils donc ? La fin du monde ? La fin des temps ? En ce qui nous concerne, je vous en remets un petit dernier pour la route, pour fêter mon retour parmi vous 😉

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
Hello Arzel, grimoire enchanté ou grimoire maudit ? Toi qui est barde, et dans la confidence, tu es bien placé pour le savoir.
Répondre
A
Hello Harken, cela fait longtemps que je n'avais te tes croustillantes news. Probablement un problème de grimoire enchanté??
Répondre
M
Et je suis une grosse feignasse, j'aurais bien aimé un lien direct vers ton livre en bas de page. Je vais devoir chercher pfff ????
Répondre
H
merci de ton passage parmi nous, camarade. je lève mon godet à l'achat que tu t'apprêtes à faire, c'est un bon investissement. Et c'est vrai que je ne sais pas trop me vendre, je n'ai même pas de lien direct vers la malédiction de la succube, ou la trahison des alchimistes (mon premier roman)... Mais je vais y remédier... A la tienne Mojenn ! hic...
M
Salut confrère, allez ne te laisse pas aller, je vais m'offrir ton livre car la Succube me fait de l'œil. Et j'avoue que tes chroniques me font toujours passer un bon moment. On ce retrouve à la taverne ... la dernière fois j'y ai perdu ma bourse, vous ne l'auriez pas retrouvé par hasard ????????‍♂️????️
Répondre